Leverasoif.com

Tag :

La Tâche

Fil des billets

Et Dieu créa la flemme

dans la catégorie Rencontres Officielles

creationisme.jpgLettre à Dieu
Cher Dieu, on ne se connaît pas beaucoup, mais il faut aussi dire qu'on ne se côtoie plus trop, on n'a même pas siroté deux ou trois bons canons ensemble. Dans ma jeunesse, durant une merveilleuse année, dans cette idyllique école catholique, où, chaque matin je psalmodiais tes louanges, et où, chaque midi je célébrais ta grâce devant un festin de betteraves rouges et un foie de veau qui tenait plus de la semelle de pèlerins que du foie gras, je dois reconnaitre qu'à cette époque, je t'aimais quand même bien. Les années sont passées, et, tel un ignorant, un mécréant, un vil hérétique, un athée se rependant dans le pêché, comme d'autres font du catch dans la boue, je t'ai oublié, et ma fervente flamme s'est transformée en fétide flemme. Tu as, je suis sûr, été chagriné par mon ingratitude. Pas un remerciement, même pas une toute petite prière, un cierge ou un don à la saint Glinglin... Un chacal... J'ai été un chacal...

Lire la suite...


Mille et une Côtes de Nuits ou du veau dans les voiles de Shéhérazade

dans la catégorie Rencontres Officielles


ecrit_3_R_C.jpg

SI LA ROMANEE M'ETAIT CONTI

Il était une fois, il y a bien longtemps, dans un royaume genre super loin, baroque et magique, un roi de Perse, pas des masses charmant. Il avait la libido d'un tapis persan, pas vraiment volant et une femme qui était un peu près aussi volage que ses voilages. Quand le cornes furent venus, il décida de ne pas décapiter sa femme et les eunuques, vu que ça n'avait ni queue ni tête, mais, persuadé, ce qui est parfaitement normal pour un perse, de la perfidie de toutes les femmes, d'épouser chaque jour une vierge et de l'occire la nuit de noces passée ce qui prouve qu'il n'était pas la moitié d'un dromadaire, mais un vrai chameau. Dans ce royaume, la bigamie était encore à la mode. Pour ceux qui ne le saurait pas, la bigamie consiste à avoir une femme de trop, les plus malins ou les moins bien lotis me répondront, oui, mais la monogamie aussi. Cette petite plaisanterie aurait pu durer longtemps sans Shéhérazade, qui s'intitulait en vrai Zoubida, fille aînée du grand vizir, le super nettoyeur du royaume, qui se porta volontaire pour faire cesser le carnage. Elle ourdit un stratagème aussi ingénieux qu'habile.

Lire la suite...


Teasing "L'Or du vin" n°2 (J-37) Vosne, la perle noire de la Bourgogne

dans la catégorie Culture Vineuse


Qui n'a jamais bu un grand vin issus de la commune de Vosne-Romanée, ne sait au fond, pas de quoi est véritablement capable le pinot noir sur un grand terroir.

vosne-romanee.pngCoteau magique de la Côte de Nuits, Vosne Romanée est un véritable point de référence. Une synthèse de la notion de terroir à la bourguignonne. "La Bourgogne n'a rien fait de mieux que ce petit coin où elle a réunit ses enchantements", écrit l'écrivain bourguignon Gaston Roupnel. La "perle du milieu" du collier bourguignon comporte de fabuleux grands crus : Romanée-Conti, Romanée Saint-Vivant, La Romanée, La Tâche, La Grande Rue, Richebourg et sur la commune voisine de Flagey-Échezeaux, Échezeaux et Grands Échezeaux. Proche du paradis, instituée en 1936, l'appellation Vosne-Romanée et ses premiers crus partagent l'expression la plus sublime du pinot noir.

Lire la suite...


Teasing "L'Or du vin" n°1 (J-46)

dans la catégorie Culture Vineuse


«A vingt ans, on ne choisit pas.
A trente, le Bourgogne vous séduit.
A quarante, le Carmel, ou encore le Bordeaux.
A cinquante, on ne boit plus, on apprécie.»


romanee_conti_1935.jpgEn préambule à la soirée de fin mai, je vous propose un teasing qui doit nous amener à la soirée du 28 mai. Ce numéro un est consacré à un livre, un mini livre de 100 pages, dont 60 consacrées à une fantastique nouvelle "Romanée-conti 1935". Un hymne à un vin mythique par un écrivain né dans un Pays sans vignes, le pays du Soleil Levant. Takeshi Kaikô met en scène un entrepreneur, acquéreur de deux prestigieux Bourgognes et son invité, un romancier. Les deux hommes dinent dans un restaurant japonais, l’action se situe en 1972. Ils vont déguster, avec tout le cérémonial voulu, deux grands vins : "La Tâche" 1966 et une "Romanée-Conti" 1935. Cette dégustation ou devrait-on dire, cette cérémonie, débute par le plus jeune des deux, "La Tâche" 1966. Passé ce moment de recueillement, l’entrepreneur dépeint à son invité ses voyages en Bourgogne et plus particulièrement à La Romanée-Conti. Puis vient l’ouverture de "LA BOUTEILLE", son grand âge lui confère un immense respect dont témoignent les multiples précautions que prend le sommelier pour ouvrir ce flacon et verser le contenu dans les verres. Observation de la couleur, du nez, dégustation et verdict…. «C’était une momie de vin.» Kaiko appelle alors François Villon à la rescousse pour comparer ces deux vins et son poème «Le Testament». Comment cette merveille peut-elle être sans vie? Quelques gorgées de cet ancestral nectar suffisent à plonger le Romancier dans ses souvenirs, la Bourgogne et sa route des vins, le quartier St Germain et les Halles de Paris après guerre mais aussi et surtout les plaisirs charnels et sensuels de la gastronomie française et d’une jeune suédoise rencontrée au comptoir d’un vieux bar de quartier. Évocation qui modifiera son premier jugement sur la Romanée-Conti 1935. Une lecture épicurienne, chaleureuse, pleine de couleur, de joie, de mélancolie, un grand hommage à la vie et à un grand vin. Une heure de plongée dans un immense terroir, une description incroyable d'une dégustation fabuleuse.

Extrait :

"Une extrême tension apparut sur le visage du serveur. La main s’empara de la bouteille avec fermeté mais en préservant avec le panier un interstice de l’épaisseur d’une feuille de papier. Le goulot se glissa auprès du verre avec la prudence du chat. La bouteille n’allait-elle pas être agitée, le vin troublé, la lie soulevée, pendant tout le temps où le vin était versé, le romancier retint son souffle. Le serveur remplit les deux verres avec douceur, lenteur, en plusieurs fois, et à l’instant où il eût terminé, on l’entendit pousser un petit soupir. C’était fini…"