Leverasoif.com

Tag :

Lapierre

Fil des billets

Lapierre de Rozeta

dans la catégorie Notre vin quotidien

maxime_Magnon.jpgIl ne faut pas être Champollion pour, très vite, faire le rapprochement entre Lapierre et Rozeta, il suffit de plonger son nez dans le verre. Il est très rare qu'un Corbière me fasse cet effet-là. Je crois même que c'est la première fois. Il y a du Marcel Lapierre, de l'Yvon Métras dans cette Rozeta. Maxime Magnon est un jeune vigneron, installé depuis 2002, entre Durban et Villeneuve-les-Corbières. Il cultive une dizaine d’hectares sur des sols argilo-calcaires et des schistes. Carignan, Syrah, Cinsault et Grenache y sont plantés. Pour faire court sur son parcours, il a roulé sa bosse, loin de sa Bourgogne natale, St Joseph, le Lubéron, Fitou chez Maria Fita, des étapes, des écoles… Maxime a été influencé par l’école du Beaujolais, par l'école Lapierre, macérations à froid, utilisation minime du soufre. Sa philosophie est simple, c'est que la bouteille doit être bue, sans fatigue, sans lourdeur, jusqu'à la dernière goutte. Il fait donc des vins frais, gouleyant, accessible, mais sans manquer de fond, de coffre.

Lire la suite...


Un air de famille

dans la catégorie Notre vin quotidien

Airdefamille.jpgDans la famille Ménard, toutes les semaines, on se rejoint au café d'Henri, le patron et le fils, et on va manger "Aux ducs de Bretagne". Ce soir, c'est jour de fête, c'est l'anniversaire de Yolande la belle-fille, mais un incident va venir troubler les habitudes. Arlette, la femme d'Henri, est partie une semaine pour réfléchir, et la famille est déstabilisée. Ce film est un petit chef-d'œuvre d'humour noir, les dialogues sont brillants et les conflits familiaux sont tellement vrais. Un film de Cédric Klapisch avec Agnès Jaoui, Catherine Frot, Jean-Pierre Bacri et Jean-Pierre Darroussin, à voir et revoir. A boire et à reboire, dans la famille Lapierre, il y a le neveu. Christophe Pacalet faisait le cuistot aux Antilles et s’en revenait chaque année au pays pour y cueillir le millésime. Jusqu’à ce que l’amour et la famille le ramène à ses origines vigneronnes, il est le neveu de Marcel Lapierre et le cousin de Philippe Pacalet, son cousin rebelle et bourguignon. En 1999, Christophe a créé avec Marcel, le domaine les Marcellins. Sans levurage ni SO2, il élabore des vins vrais et sans détour. Toujours dans l’éthique, jamais dans la technique, il s’est fixé comme objectif de vinifier l’ensemble de la palette des crus du Beaujolais en micro-négoce, il jongle aujourd’hui avec 8 hectares répartis sur une bonne douzaine de terroirs (Chénas, Brouilly, Moulin à Vent…). Des Beaujolais avec un air de famille et pour les repas de famille, avec ou sans collier de chien.

Moulin à Vent 2011 Christophe PacaletPacalet_moulin_a_vent.jpg

Jolie nez, acidulé, très gamay, sur la framboise, la cerise, la fumée, la violette, un peu de réglisse et une touche de terre humide. L'attaque est franche et vive, la bouche, toujours sur l'acidulé, avec des tannins doux, un bel équilibre et une jolie persistance. Très bien




BlitzKrug sur la banque de France d’Epernay

dans la catégorie La tournée des vignes

lingot-or.jpgT’invites les soiffards à 19h30, ils sont tous là à la minute près, et c’est comme ça çà chaque fois. Remarquable de ponctualité et de régularité, jamais vu ça ailleurs. L’amour de la discipline ? Le réflexe pavlovien de la sonnerie dans la cour d’école ? La peur du maître ? Pas celui d’école, non LE Maître, Notre Maître, celui qui a "droit d’expulsion de la cérémonie annuelle de novembre" si t’as pas fait ton intervention sur LE blog. Il en use et il en abuse, le bougre ! Donc il dit 19h30, oui chef c’est entendu, ce sera 19h30. Pas un qui tergiverse. Pour mercredi, IL a dit "départ à 7h". IL est comme ça, IL passe d’un extrême à l’autre, nous teste, imagine des épreuves, des trucs de ouf, nous bouscule les horaires (peut-être pour nous préparer au jetlag australien), nous sert 100 verres en 30 minutes sans trembler, nous on les boit déguste sans hésiter, nous zaura pas aussi facilement. IL nous fait des listes de 30 nectars à deviner, nous les sert généreusement en racontant dix mille détails qu’à la fin on sait plus quelle ligne on est, mais nous trouvons quand même car y’a des balaizes, alors il nous sort l’épreuve ultime, et nous demande quoi qu’y a écrit sur l’étiquette qu’il a pris soin de cacher, mais notre jocker JeanDa est là, qui envoie un "Puligny Montrachet 1er cru les Pucelles", écrit en police Chardaunet 24, rouge sur fond blanc ». Scotché LE Maître !

Lire la suite...


L'originalité de la typicité, le grand écart vineux

dans la catégorie Rencontres Amicales

Typicite4.jpgJe vais faire rager Schulmeister, mais je pense que le grand vin possède obligatoirement une typicité. Une typicité complexe, celle de son terroir, évidemment, celle de son cépage, assurément, et parfois, celle du vigneron. Pour d'autres, la typicité est un défaut et ce n'est pas toujours une provocation; à les entendre, il y a même un fond de vrai. J'aime assez être dépaysé, boire un vin atypique est même parfois plaisant. Un Pommard atypique, s'il est bon, me ravira plus qu'un mauvais Volnay typique. Est-ce que le bordeaux doit toujours sentir le bordeaux? Est-ce que Ducru-Beaucaillou doit toujours sentir le carton mouillé? Est-ce que le Meursault doit absolument sentir le beurre, le tilleul et la barrique? Est-ce que le Riesling doit absolument sentir le pétrole? Est-ce que Cos d'Estournel est typique de Saint-Estèphe, est-ce que Rayas est typique de Châteauneuf? Pourtant ce sont des références! Les grands vins ont-ils une spécificité propre?

Lire la suite...


Investir dans Lapierre

dans la catégorie Notre vin quotidien

Morgon 2010 Marcel Lapierre

100% Gamay - Version légèrement sulfitée pour la bonne conservation du vin Belle robe violine. Nez de fruits rouges, de cerise, de bonbons acidulés, des notes florales, et une touche de ronce qui apporte de l'amer. La bouche est charnue, structurée autour d'une belle matière, les tannins sont souples, l'acidité est juste, c'est suave et gourmand avec une finale florale. Très bien

marcel-lapierre-2009-morgon-label.jpgMarcel Lapierre a été un précurseur, le premier à prendre le gamay par les cornes et à réaliser, dans le Beaujolais, de magnifiques vins naturels, sans souffre. Il a été aussi le premier à prendre des coups, et même quelques mauvais coups, "on réussissait ou on jetait". Il a creusé dans le Beaujolais, le puits où, aujourd'hui, tous viennent s'abreuver. Comme une thalasso mais en moins bon pour la peau. Le sage a désormais tiré sa révérence et laissait "les conneries", comme il les appelait, à son fils Mathieu, qui poursuit aujourd’hui l’aventure avec la même détermination, l'expérience de nombreux millésimes vinifiés au côté de son père, en plus. La devise du domaine est toujours de laisser le Gamay s’exprimer pleinement et authentiquement sur son terroir favori de Villié-Morgon. Les vignes ont une moyenne d’âge de 45 ans et sont plantés à forte densité pour favoriser la concurrence et l'enracinement. Il laboure ses vignes, n'utilise pas de désherbants et d'engrais chimiques, trie sa vendange, et limite les rendements. Sa vinification est sans chauffage, sans levurage, sans soufre (ou presque) et sans chaptalisation. L'élevage se fait en fûts bourguignons. Lapierre est toujours un bon placement!


Si tu vas en Belgique, ne leur jette pas Lapierre

dans la catégorie Rencontres Amicales

MarcelHebdo_Illustration.jpgComme la France, la Belgique est un royaume, mais les rois ont encore leurs têtes et des noms rigolos comme Albert, Léopold ou Baudoin. La capitale de la Belgique est Bruxelles, mondialement connue pour ses choux. Après avoir été bourguignons, les Belges sont les rois de la bière, c'est dire à quel point ils ont rien compris. Contrairement à une légende, les Belges ne sont pas tous idiots, sauf un ou deux, comme ailleurs. Les canaux belges sont en revanche complètement cons. Ils passent leur temps à se pendre sous prétexte que le ciel est trop bas. La Belgique est un pays plat, même un plat pays pour certains, le pays du fameux pot Belge, d'Eddy Merckx, de tintin, de Gaston lagaffe, de Simenon et de René Magritte. Il y a deux catégories de Belges, les Flamands, qui généralement sont roses et dorment sur une patte et les Wallons qui, comme tous le monde, dorment sur leurs deux oreilles. Mais depuis approximativement un an, les Belges se disputent pour savoir s'ils sont Français, Hollandais ou Belges. Ils font une crise d'identité nationale alors que chez nous, c'est l'identité nationale qui est en crise.

Lire la suite...