images2.jpgPour commencer, une fois n'est pas coutume, je vais commencer par la conclusion : je suis pour le voile. Je suis même un fidèle adepte du voile. Il faut donc remercier Copé, l'écopeur, "le champion du monde du lancer de débat qui n'as pas lieu d'être et n'est pas un débat puisque les conclusions sont tirées avant le début dudit débat". Inutile donc de passer 5 plombes dans une pièce avec des mecs qui puent sous les aisselles et des hystériques en Nikab. Bref, chacun est libre de se faire un avis, du moment qu'elle est proche du mien. En liminaire, je préviens les intégristes qu'il n'y a rien de personnel dans mes saillies. D'autant que, comme je suis pleutre comme un phoque, oui le phoque est couard en plus d'être à voile et à vapeur comme un foc, je vais donc faire une digression facile sur nos amis cathos. C'est d'une facilité imbécile, je le reconnais, mais vaut mieux prendre un missel sur la tronche que voir un kamikaze shiite, bourrée au libanais rouge, se faire pêter les valseuses sur ton paillasson, en vue de se bouyaver une plâtrée de vierges, probablement pucelles. Attention, loin de moi, l'idée grotesque de penser que tous les curés sont antisémites et pédophiles, non, je ne mange pas de ce pain bénis là, il y a aussi quelques bons pères de famille. Prenez le cas du père Lassusse, un juste celui-là, il a tellement planqué de petit juif sous sa soutane qu'à la fin de la guerre, il était circoncis. Donc, le voile, je suis pour, totalement pour, mais pour des raisons qui semblent jusque-là échapper à tout le monde. Primo, c'est bon marché, ça renforce mon budget vin, personne ne porte une burqua Coco Chanel, super cintrée, avec moumoute en peau de zébu Tahitien. Deuxio, ça évite à pas mal de gonze, un fantasme inutile et des idées burlesques qui peuvent mener on ne sait où, même en prison à New-York.

Lire la suite...