Leverasoif.com

Tag :

Macle

Fil des billets

Déroute et désembouteillage sur la route des Vacances

dans la catégorie Rencontres Officielles

N7.jpgCela ne t'a surement pas échappé, c'est l'été, c’est les vacances, le soleil darde ses rayons mordorés, une petite brise soulève les jupes des filles et laisse entrevoir piercings et chattes rasées. Tu décides de donner quinze jours de congé à ta conscience écologique et de sillonner les routes de France et de Navarro au volant de tes fidèles 8 chevaux. Mais attention, partir sur les routes de France nécessite une préparation minutieuse pour d'éviter les pièges inéluctables que va te tendre cette chienne de route des vacances, à savoir: le bouchon et le raccourci. Des pièges d’autant plus malin qu’ils se cachent souvent sous des traits familiers pour te prendre dans ses rets retors. Même avec une préparation des plus sérieuse, même avec la volonté farouche de suivre le plan prévu, on est jamais à l'abri de moumoune qui se réveille et dit: "on devrait essayer de sortir à Fourrequeux la longue, la route est plus belle et les paysages plus sympa". Tu sens bien que l'idée est aussi bonne que des tripes à la morue et pastis, mais tu veux être agréable, cool, du coup, tu décides de tenter l’Aventure avec un grand A. Et là, c’est le drame avec un grand D.

Lire la suite...


In neuro Veritas, les caves se rebiffent avec un fil rouge à la patte

dans la catégorie Rencontres Officielles

prozac2.jpgJuillet, c'est les vacances, le farniente et la lecture, surtout s'il pleut comme ivrogne qui se soulage. En principe, l'été, c'est pas le moment d'être sérieux et c'est pas mon genre en plus, mais pour une fois qu'on se réunit en juillet, à défaut de faire une entorse à mon régime hyper calorique, je vais faire une entorse à ma ligne éditoriale et être sérieux, mais pas trop. "Sans les cafés, il n’y aurait pas eu Sartre", disait Boris Vian, qui ne faisait pas que cracher sur les tombes, et j'ajouterai, que sans les cafés et leurs ptit blanc sur le zinc, il n'y aurait pas eu d'Antoine Blondin, de Baudelaire, de Rimbaud, de Stendhal, de Musset, de Steinbeck, d'Hemingway, de Fitzgerald sans parler de Bukowski ou de Pline l'Ancien, amateur d'un capiteux et magnifique millésime 21 avant JC. Chez les hydropathes, le vin et la littérature ont toujours fait bon ménage, c'est sûr, l'alcool est soluble dans l'encre et vice versa. Mais il n'y a pas que le vin qui fait tourner la tête, certains chiffres aussi donnent le tournis, Dans un rapport charpenté comme un cru du pâtissier de Vesoul, on apprend que le chiffre d'affaire des participants à Vinexpo, le plus grand salon international du vin qui réunit tous les deux ans les cadors du secteur, flirte avec les 250 milliards de dollars, le prix de 370 Airbus A380. Et sans aide du VRP Sarkolique, faut le boire pour le croire.

Lire la suite...


Quand le Tchador, les souris lèvent le voile

dans la catégorie Rencontres Officielles

images2.jpgPour commencer, une fois n'est pas coutume, je vais commencer par la conclusion : je suis pour le voile. Je suis même un fidèle adepte du voile. Il faut donc remercier Copé, l'écopeur, "le champion du monde du lancer de débat qui n'as pas lieu d'être et n'est pas un débat puisque les conclusions sont tirées avant le début dudit débat". Inutile donc de passer 5 plombes dans une pièce avec des mecs qui puent sous les aisselles et des hystériques en Nikab. Bref, chacun est libre de se faire un avis, du moment qu'elle est proche du mien. En liminaire, je préviens les intégristes qu'il n'y a rien de personnel dans mes saillies. D'autant que, comme je suis pleutre comme un phoque, oui le phoque est couard en plus d'être à voile et à vapeur comme un foc, je vais donc faire une digression facile sur nos amis cathos. C'est d'une facilité imbécile, je le reconnais, mais vaut mieux prendre un missel sur la tronche que voir un kamikaze shiite, bourrée au libanais rouge, se faire pêter les valseuses sur ton paillasson, en vue de se bouyaver une plâtrée de vierges, probablement pucelles. Attention, loin de moi, l'idée grotesque de penser que tous les curés sont antisémites et pédophiles, non, je ne mange pas de ce pain bénis là, il y a aussi quelques bons pères de famille. Prenez le cas du père Lassusse, un juste celui-là, il a tellement planqué de petit juif sous sa soutane qu'à la fin de la guerre, il était circoncis. Donc, le voile, je suis pour, totalement pour, mais pour des raisons qui semblent jusque-là échapper à tout le monde. Primo, c'est bon marché, ça renforce mon budget vin, personne ne porte une burqua Coco Chanel, super cintrée, avec moumoute en peau de zébu Tahitien. Deuxio, ça évite à pas mal de gonze, un fantasme inutile et des idées burlesques qui peuvent mener on ne sait où, même en prison à New-York.

Lire la suite...


Carte postale jaunie et percée

dans la catégorie La tournée des vignes

Poligny samedi 6 février 2010.

PerceeJaune.JPGTrois soiffards accompagnés de leurs épouses et de quelques compères pur terroir jurassien se mêlent à 20.000 joyeux turlurons, le verre autour du cou, pour recueillir la goutte d'or absolu : le vin jaune 2003 bercé pendant 6 ans et 3 mois, et percé en quelques secondes. Un regard aux alentours: aucun autre soiffard de Saverne! C'est normal: le Jura ne fait pas encore partie de leurs fondamentaux, le Jura ça se mérite, il faut de l'éducation. Quand on sait que les soiffards ont accordé à peine la moyenne à un magnifique trousseau de Tissot , on devine le potentiel d'évolution des soiffards et on s'en réjouit. Revenons à Poligny où 80 vignerons nous attendent impatiemment. Nous attaquons à sec Berthet-Bondet: magnifique Château Chalon, magie de douceur, d'équilibre est de persistance. Nous enchaînerons avec Labet (un vrai bio), le clos des Jacobins, Macle (et son Château Chalon sublime), Reverchon (pas terrible), Lornet, Chateau l'Etoile (superbe vin jaune, très beaux chardonnay) où Philippe Vandel nous tiendra la jambe, position inconfortable lorsqu'elle dure trop longtemps.

En conclusion le lendemain, un petit tour incontournable chez Stéphane Tissot à Arbois qui nous permet de remplir les coffres de voiture, de poursuivre avec superbe déjeuner tout au vin jaune et nous voilà de retour dans la cité des soiffards et de sa licorne.

Amis soiffards: le Jura vous rattrapera....tôt ou tard.
Pascal, Alain et Dominique