Leverasoif.com

Tag :

Margaux

Fil des billets

Cours privé sur l'influence et la vainitude des gourous coucous

dans la catégorie Rencontres Officielles

cep-de-vigne.jpgOn ne le rappellera jamais assez, le grand dégustateur, infaillible et omnipotent, n'existe pas! Et n'existera jamais (ou peut-être dans un futur lointain, quand les robots auront remplacé l'homme), que ce soit chez les gourous qui vivent de leur guide d'achat à l'intention des sourds et des malentendants du vin ou des gourous de table qui distillent leur savoir avec avidité ou prodigalité, libéralité ou brutalité, parcimonie ou bonhomie et dont je fais évidemment partie. Non pas que je veuille défaire certaines réputations savamment conquises à la force du gosier, la n'est pas mon propos, ce qui me dérange, qui m'énerve, qui me hérisse le poil, qui m'agace la rate, qui m'excite l'arthrite, c'est l'inhibition de ceux qui pense ne pas pouvoir savoir à l'égard de ceux qui sont sensés détenir ledit savoir. "Je n'y connais rien", "Je n'ai pas votre nez, votre culture, votre passion", etc… Des sentences d'auto-exclusion trop souvent entendues et qui implique souvent un réflexe pavlovien, moutonnier et parfois ridicule, quand l'avis (et la note) s'aligne sur les gourous. Parfois, il suffit de mettre un verre dans les mains de nombreuses personnes pour qu'elles perdent toute confiance en leurs sensations, leur goût…

Lire la suite...


L'heure est Graves à Margaux, mais il est défendu d'en laisser

dans la catégorie La tournée des vignes

bama.jpgDepuis près de vingt ans, le vignoble Bordelais est sous influence américaine. Demain, ce sera les Chinois qui imposeront leur goût. La puissance, la concentration a pris le pas sur la finesse. Pour de vulgaires raisons économiques, pour aguicher une clientèle internationale, presque tous les grands Châteaux se sont ralliés à cette mode de vins excessifs, lourds, confiturés, boisés, maquillés, pendant que d'autres, trop modestes pour rivaliser, produisent des vins chétifs, dilués et sans âmes. Engagés dans une véritable guerre économique, les vignerons bordelais sont en train de perdre, de brader un savoir-faire ancestral. Le vin de terroir, élégant, capable de bien vieillir disparait petit à petit. Mais il y a toujours une exception, un miracle auquel on veut croire, mais un miracle que l’on peut aussi vérifier, verre à la main. Au milieu de ce monde de brutes, de plus en plus uniforme, un petit homme, tel Saint Jean-Baptiste dans le désert, se débat pour défendre la finesse dans les vins de Margaux. Cet homme, c'est Jean-Pierre…

Lire la suite...


Coup de canon, trois profs mis en examen après une leçon très particulière

dans la catégorie Rencontres Officielles

images.jpgSi Dieu est un fumeur de havane, tous les amateurs de vin, ou presque, sont des buveurs d'étiquette. Mais attention, le buveur d'étiquette raisonné, pas celui qui pérore dans les repas de famille, son terrain de chasse de prédilection, ce tyran du savoir boire, ce raseur prétentieux, celui qui sait tout, qui a tout goûté, tout vu et tout connu. Comment le reconnaitre? Dès la première lampée, il prend un ton péremptoire et s'enlise dans une logorrhée intarissable sur les mérites d'un Latour ou d'un Mouton 88 alors que vous venez de lui servir un bon Gevrey village. Vous avez droit à toute la panoplie, à la robe, à la cuisse, au bouquet, à la persistance aromatique. Puis lyrique, et toujours insupportable, vous supporterez la race et la trace du terroir, la soie indienne des tanins, la ligne acide, la précision de l'élevage, la tension et la finale minérale qui vous donne une envie irrésistible de lui coller son étiquette de con sur le front pour qu'il arrête de péter plus haut que son cru.

Lire la suite...


Quand les bacchantes sont lâchées, les Satyres restent sur leurs célestes Réserves

dans la catégorie Rencontres Officielles

TDF.jpgA force de passer des heures à picoler déguster, je me suis rendu compte que la légendaire sveltitude de mes vingt ans commençait à n’être plus qu’une légende urbaine, que ma mythique agilité de furet volant et ma vélocité du pingouin huppé n'était plus qu'un très vieux souvenir. Hélas, trois fois hélas, le cœur a ses raisons que le raisin de connait point. Alors, la mort dans l’âme, je me suis résolu à faire quelque chose de terrible, quelque chose d’affreux, d'horrible, d'abominable, de monstrueux, d'atroce, que tu as l'obligation, que dis-je, l'engagement, la promesse de garder pour toi, si tu en parles à qui que se soit, ta famille sera transformée en derviche tourneur sur bois sur 20 générations dont une de Mellot, bref je me jette à l'eau, et je vais même en boire en faisant du sport! Du sport, quel abomination!

Lire la suite...


La belle croupe de Margaux

dans la catégorie Culture Vineuse

margaux2.jpgL'appellation Margaux est la plus grande des appellations dites "communales" qui se trouvent incluses dans la zone plus vaste du Haut-Médoc. Au sens strict, il ne peut s'agir d'une appellation communale, car son étendue recouvre le territoire de cinq communes : Margaux, Soussans, Cantenac, Labarde et Arsac. Cette configuration, en forme de banane, est assez diversifiée sur le plan géologique. Cela n'est pas sans poser problème quant à l'identité de l'appellation Margaux. D'interminables querelles internes ont présidé à son accouchement en 1954, alors que ses voisins du Nord, St. Julien, Pauillac et St. Estèphe, existaient déjà depuis 20 ans. Et les désaccords sur sa délimitation territoriale continuent, avec l'inclusion récente, sur ordre du Conseil d'Etat et sur des bases assez discutables, d'une partie de la propriété de Château d'Arsac dont les sols, majoritairement sablonneux, n'ont aucun rapport avec ceux du reste de l'appellation.

Lire la suite...