Leverasoif.com

Tag :

Milan

Fil des billets

La nature du Vallon de Milan

dans la catégorie Notre vin quotidien

vin_naturel.jpgHenri Milan est un drôle d'oiseau, mais aussi un sacré vigneron, avec esbroufe ajouté, mais sans sulfites ajoutés, puisque c'est sa nature d'être naturel, à moins que ça ne soit l'inverse. Avec son accent qui chante la Provence, sa fraicheur, le Milan est le genre d'oiseau qui vous fait vous sentir à l'aise dans vos sandales, un peu comme ses vins. Mais attention, la bête est capricieuse, je parle de ses vins, bien entendu, des vins qui vous expédient direct dans la garrigue des Alpilles, là où les cigales chantent la Provence et son soleil. Il fait partie de ceux qui ont imposé et surtout, fait aimer le vin nature. Mais attention, "vin nature" et pas "vin bio", BIO comme "vin issu de raisins de l’agriculture biologique" (la mention de biologique ne garantit en rien le renoncement à des ajouts lors de la phase de vinification). Il ne s'agit pas seulement de cultiver des raisins Bio, le vin "nature" ou "naturel" étend son ambition à l’ensemble du processus d'élaboration du vin, de la plantation et du travail du sol aux soins de la vigne, à la vendange, à la vinification et à l’élevage, et jusqu’à la mise en bouteille. C'est l'association, dans une même démarche, du travail du viticulteur et celui du vinificateur, qui est parfois, et même souvent, réunis en la personne du vigneron. La philosophie du vin naturel repose sur deux poutres, le respect de la nature par une vinification sans intrants et non interventionniste et le respect du consommateur, par l’aspect sanitaire, par une approche équitable et une meilleure buvabilité. Le vin naturel, c'est une éthique, pas une loi. C'est faire des vins uniques, puisqu'aucun homme n'est capable de faire deux fois le même vin, sauf s'il est aidé par la panoplie du petit chimiste. Mais pour boire du vin naturel, et le comprendre, nécessite de remettre en question sa grille d’analyse de dégustation, voire rééduquer ses papilles et tordre le cou à ses à priori qui parasitent notre jugement. Le vin nature parle au corps et à l’âme avant de parler à la raison de celui qui le goûte. Voilà ce que me disait cette pimpante bouteille rose fuchsia, ce Vallon qui me parle, qui me raconte des choses, un vin avec lequel j'ai eu une véritable conversation, un vin que j'ai bu, je dis bien bu, pas dégusté, pas analysé, et cela fait une grande différence. Il y a des vins que l'on admire, que l'on respecte, qu'on envie et il y en a d'autres avec qui on se sent bien, en phase, et ce sont souvent des vins natures, puisque c'est ma nature.

Le Vallon 2008 Domaine Milanvallon.jpg

Jeunes vignes de grenache noir, syrah, cabernet-sauvignon, cinsault et mourvèdre. Un vin étonnant, sur des notes de cerise noire, de pruneau, de mûre, de thym, de chocolat et de cuir. La bouche surprend également, par sa vivacité, son acidité haute, ses notes de tabac, de fumée et de réglisse, c'est puissant arômatiquement, mais pas lourd, pas dense, même plutôt fin, les tannins sont solides et la finale ardente. Quand la nature fait ce genre de cadeau, ça ne se refuse pas. Très bien

Apocalypse later ou la critique de la raison apocalyptique en 18 vins

dans la catégorie Rencontres Officielles

FDM1.jpgPour la fin du monde prends ta valise et va la haut sur la montagne on t'attend.......Ou pas… Pour commencer, j'ai une excellente nouvelle, 100% des personnes qui ont la chance de me lire, ont survécu à la fin du monde du 21 décembre 2012. Félicitations ! Vous êtes les heureux gagnants de quelques années de vie supplémentaires. Mais que s'est-il passé? Qui s'est trompé, mais que faisait Gérard Depardieu, le Manneken fisc? Vous me connaissez, je suis parti direct à la pêche aux informations, étant très lié avec les services secrets Boukistanais, j'ai des infos de premières bourres. L'histoire de l'astéroïde fantôme venant frappée la terre a dû être annulée en raison d'un coût prohibitif. Il est même très probable que pour 2016, les fonds nécessaires ne soient pas encore réunis, sauf si les Chinois du Brésil ou de l’Inde nous font une copie d'astéroïde au rabais, car ces gens-là ne respectent rien, même pas la fin du monde, il suffit de voir un indien déféquer pour en être convaincu. L'invasion extra-terrestre a également était reportée faute de moyen. La crise touche tout le monde, y compris nos amis d'ailleurs, qui terminent de mettre au point un véhicule révolutionnaire qui consommerait moins de 1.499 tonnes de gasoil au 100. On dit même que des espions Epsiloniens rôderaient autour de chez Renault et du modèle ZE tout électrique. C'est bien connu, même très loin d'ici, en France, on n'a pas de pétrole mais on a des idées. L'hypothèse des extra-terrestres qui viendraient en France pour enlever nos meilleurs éléments, a vite était démentie, avec les disparitions, en 2012, de Frank Alamo, Rosy Varte, Thierry Roland, Mouss Diouf et Jean-Luc Delarue, c'est pas vraiment la fuite des cerveaux.

Lire la suite...


Sur la route de Milan

dans la catégorie Notre vin quotidien

M.Milan.jpgL'été se termine en pente douce, je baguenaude sous le ciel rouge comme le ciel de Provence quand le temps est à la bourrasque, alors qu’il ne se méfiait pas, insouciant comme le jeune JeanDa qui n’a pas encore entendu parler du lapin aux pives de Provence. L'hiver est presque là et déjà le soleil nous manque. Sur la route de Milan, la garrigue, les Alpilles et les vignes nous incitent à la halte culinaire et à la sieste réparatrice. Je pousse un peu le bouchon du Clos, mais nous ne sommes pas dans la capitale Lombarde, encore moins en Provence, mais devant le Clos de Monsieur Milan, à l'Atelier du Goût où flotte des odeurs provençales. Après ça, si vous avez compris qu'on est en Alsace, c'est que votre cerveau est au moins aussi tordu que le mien. A défaut de pives, le lapin à la moutarde nous rappelle qu'il est certainement le meilleur ami de l'homme, même si le cheval est également à la mode, j'en ai mangé hier. Henri Milan est un rebelle, un emmerdeur au soufre léger et au coup de gueule violent, comme celui du Monsieur Milan d'Edouard Molinaro. Ce n'est pas un tueur à gages mais un vigneron engagé dans les Baux et le Bio. Un vigneron qui assume :"Quand je mets mon nom sur l'étiquette, j'assume tous, le bon comme le mauvais, J'assume mon originalité, j'assume ma liberté… le vin ne s’explique pas, il se boit"… Comment ça, ça ne s'explique pas? Et comment je fais pour vous dire comment il était bon le clos 2006? On n'est pas à Milan, je ne parle pas avec les mains, c'est vraiment un emmerdeur ce Milan, mais un de ceux qu'on aimerait rencontrer plus souvent.

Baux de Provence Le Clos Milan 2006 Henri MilanClosMilan2006.jpg

75% Grenache Noir, 20% Syrah, 5% Mourvèdre Quelques petites notes animales, une indolence de quelques minutes, le temps de de mettre en place ses notes puissantes de fruits noirs, de garrigue, de cuir, de cerise et d'olive noires, épices et herbes de Provence complètent le bouquet. Un nez sudiste, robuste qui présage une bouche massive et alcooleuse. Raté, fraicheur, finesse et digestibilité, le triumvirat, la troïka du vin que j'aime. De la framboise, de la mûre, une touche de bois, des tannins encore serrés et soyeux, un velouté, une harmonie, une fraicheur sauvage, une touche minérale, saline et une longue et séduisante finale. Un vin qui a évolué dans le verre, qui se dévoile par étapes, un vin qui a des choses à dire et qui les dit merveilleusement bien, bref, un bovin un Baux vin. Excellent