suisse-France.jpgVendredi, le monde entier retenait son souffle en attendant un funeste Suisse-France qui devait nous envoyez dans les limbes de l'enfer footesque. Bien que proches voisins, Français et Suisses ne se comprennent pas toujours, victimes qu’ils sont de l’incompréhension mutuelle. Pour commencer, il faut savoir que la Suisse est un pays multicolorisé qui n'en est pas un mais qui en est un quand même. La Suisse fut d'abord nommée "Confédération des Horlogers, Banquiers et Chocolatiers". Ce nom, jugé trop long et peu pratique pour attirer les touristes, a été abrégé en "Confédération". Plus commode, ce nouveau nom était cependant trop vague. On a donc ajouté le terme "helvétique", qui sonne bien mais dont le sens reste encore à définir. C'est aussi dans ce pays "qu'on fait des rations", c'est-à-dire qu'on se partage équitablement les bénéfices des banques et les revenus des dividendes. Un grand historien français, Coluche, disait que les Suisses et les Belges n'étaient qu'un seul et même peuple. Sauf que personne n'a pensé à leur dire, donc ils ont fait deux pays. La population suisse se divise en quatre secteurs linguistiques et culturels, et principalement deux, séparés par le Röstigraben, la grande barrière de rösti. Les Suisses ont diverses coutumes locales bizarres qu'il est indispensable de connaitre pour bien saisir l’essence de la Suissitude. Parmi celles-ci, le jour de lessive.

Lire la suite...