Leverasoif.com

Tag :

Mouline

Fil des billets

Accord imparfait ou désaccord parfait, boire et déboire

dans la catégorie Rencontres Officielles

degustation-prestige.jpg.jpgFaut-il accorder un plat? Comme ça, à brûle pourpoint, et si tant est que vous aillez un pourpoint à brûler, vous allez me répondre "ben ouais, trop carrément, c’est trop bien l'accord, c'est hype, par exemple… bon là j’ai pas d’exemple qui me vient en tête, mais, bon, je ne sais pas, par exemple… mon cousin, il te demande, bon, et là… enfin, bon, ouais, c’est super l'accordage, sauf si c'est un piano". Même si c’est une réponse peu argumentée, vous n'auriez pas tort. Dans la mesure où je ne suis que rarement d'accord avec les autres, moi compris, l'accord est en effet quelque chose de complètement surestimé, au même titre que le folk, l'amour ou le doigt de JeanDa dans le Nutella, mais pour des raisons différentes. Prenez ce tripier du XVIIIe siècle. Lui et ses collègues de la triperie ont faim. Mais ils sont bien embêtés, ils n'ont pas de conserves en réserve, soudain pris d’une impulsion aussi subite que géniale, le chef tripier s’exclame "oh tiens, si je mélange les restes du cochon, les carottes et les oignons avec un bon vin rouge, ça donne un truc pas dégueu, je vais appeler ça daube de joue de porc confite au Thym et à l'orange en hommage à Pagnol. Avec ça, on va boire un bon Châteauneuf en hommage à mon cousin Jacques Perrin. Alors d’accord, il a fait preuve d’imagination. Il a accordé son violon et son plat. Mais est-ce vraiment grâce à lui si le vin s'accorde si bien avec le plat? Perso, je suis totalement en accord avec ceux qui pensent que c'est un désaccord parfait.

Lire la suite...


Se souvenir des vieilles choses

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

fench_valley.jpgCe billet aurait aussi pu s'appeler: "mémoire de nos verres", autres référence cinématographique, il sera consacré aux souvenir et à la mémoire. La mémoire de ce que nous buvons, goutons, écoutons ou que nous pensons. Au cœur de la vallée de la Fensch, entre aciérie, soleil d'acier, communisme et utopisme européen, de cette enfance, je garde de nombreux souvenirs, comme celui des noms égrenés chaque 11 novembre, devant le monument aux morts, la foule, figée, répondait: "morts pour la France". Se souvenir de la chair à canon, de jeunes hommes, morts pour des ambitions qui n'étaient pas les leurs. Juste après les élections américaines et avant les nôtres, il est parfois bon de se souvenir. On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels disait Anatole France, le bien nommé. La guerre est toujours une histoire de fric. De ces jours parfois heureux, je me suis forgé une grande défiance pour les commémorations officielles. Se souvenir que nous sommes des enfants de la paix et que nous pouvons refuser de servir les ambitions de démagogues qui exploitent nos peurs et nos angoisses. Se souvenir est parfois salutaire.

Lire la suite...


Sur les châteaux brillants, les mémoires d'août retombent

dans la catégorie Rencontres Officielles

LIT01A0Du fond de ma calèche, je regardais se lever les étoiles, c'est beau comme un chateaubriand, saignant sur quelques frites bien grasses. Les vacances sont terminées et je viens de finir les 607 romans de la rentrée littéraire. Y en a 2 ou 3 qui sont pas mal et 1 qui est même très bien mais il manque quelques pages intéressantes. Ces saines lectures m'ont ouvert les yeux, ce qui, premièrement est quand même plus pratique pour lire, mais ont aussi permis de faire remonter, de ma mémoire avinée, le souvenir d'un livre que je devais écrire. Oui, il y a quelques temps, très longtemps, en fait, mais après j’ai eu un appel urgent, j’ai décidé d'écrire un livre, un vrai, en papier, avec des numéros de page et tout. J’espère qu’il vous plaira, je voulais l'appeler: "Est-ce que vous vouvoyez quand t'as bu?", mais j'ai changé d'avis et je cherche encore l'inspiration.

Lire la suite...


Et Dieu créa le serpent, la pomme d'Adam, et avec lui, la dent

dans la catégorie Rencontres Officielles


Depuis que nous allons chez Christian, rue du serpent, je vous narre par le menu fretin, une histoire de serpent. Aujourd'hui c'est du serpent le plus connu de l'humanité dont je vais vous relater la véritable histoire. Nahash (de l'hébreu: נחש mais il faut prononcer ¥ﻚﻹקּ )serpent pomme.jpg parce que c'est son nom, est le responsable de toute nos misères. Je vous résume : Dieu bourdonne, il est mélancolique, il a quelques milliards d’années à tirer et Il se dit, tiens, si je créais un truc de ouf, ça pourrait être sympa, Mahomed, Boudha et Michael Jordan seraient jaloux. Il prend un crayon, il fait un pti croquis, il rature, il s'énerve et comme il n’a pas encore inventé la gomme, il balance une météorite. Et paf le monde et pif le chien. Dieu a créé le travail le lundi, Renaud un mardi, la philosophie le mercredi, les raviolis le jeudi, les naufragés le vendredi, l’homme le samedi avant de partir faire les courses, 6 jours montre en main pour faire tous l'univers, c'est déjà balèze, une fois terminé, il s'est mis à picoler et il est devenu le premier chômeur de l'histoire et si tu osais lui demander “Pourquoi les morpions?”, il piquait une colère noire et tu giclais directo en enfer. Et pourquoi l'enfer? A cause d'une grognasse, d'un serpent et d'une dent. La fameuse dent d’Adam, celle-là même qui plus tard se retrouva dans le fruit défendu. Mais pas dans la pomme d’Adam puisqu’elle appartenait à Eve qui l’avait elle-même récupéré du serpent, animal édenté s’il en est. Vous suivez?

Lire la suite...