Leverasoif.com

Tag :

Noon

Fil des billets

Le fabuleux destin d'un cassoulet Australien (Suicide is painless)

dans la catégorie Rencontres Amicales

rotissoire.jpgIl était une fois, un pays très joli et pas très lointain dont le président, un homme à fable, a décidé de baser toute sa politique sur un système simple, fondé uniquement sur la "faitdiversocratie". Son constat, il vaut mieux régler les choses après qu’elles soient arrivées plutôt qu’avant, sinon comment veux-tu qu’on s'aperçoive qu’elles ont été réglées? Ses ministres lisaient les journaux, rubrique faits-divers, même en été, et promulguaient des lois. Quand un homme a découpé sa femme à la tronçonneuse, ils interdirent les bucherons et les tronçonneuses, quand un chien a mordu un enfant, ils interdirent les chiens, ils avaient bien pensé à interdire les enfants, mais ce n'était pas possible. Quand un jeune fan de "call of duty" et de musique satanique décida soudainement d’abattre 82 personnes, sur une petite ile, ils décidèrent d'interdire les jeux vidéo, les iles et le satanisme, sauf en enfer. Quand plusieurs hommes assassinèrent leurs épouses respectives à coups jambon de pays, ils interdirent le mariage et les jambons de pays. Quand M.Fenimore Moilneux, l'arbitre de la rencontre PSG- ETGFC (Evian Thonon Gaillard Football Club), siffla le penalty qui donna le titre au parisien, ils décidèrent d’interdire les équipes de foot avec cinq noms dedans, le penalty et les arbitres avec des noms idiots. Quand on les accusa de ne légiférer que sur des faits divers, ils édictèrent la déclaration des droits du fait, qui commence et se termine, puisqu'il n’y a qu’un seul article, ainsi : "Tous les faits sont libres et égaux, et il est interdit d’en considérer certains comme divers, sauf en été". Alors, lorsqu'un journal local annoncera qu'un groupe de Soiffards a tenté de se suicider au cassoulet, il est plus que probable qu'on interdira le cassoulet et le suicide, parce que c’est un peu trop facile, sinon….

Lire la suite...


Il y a du Goût dans l'Atelier d'Apicius

dans la catégorie Rencontres Amicales

L'ennui est instructif, pendant les rares et rébarbatifs cours de latin que j'ai suivis, je salivais sur les aventures du célèbre cuisinier romain, Marcus Gavius Apicius. Festin_Romain.jpgApicius était le cuisinier officiel des Empereurs Auguste et Tibère. Extravagant, gourmet, débauché, viveur, il a été largement condamné par ses contemporains, en particulier, par les stoïciens, mais aussi par les premiers chrétiens qui jugeaient sa cuisine scandaleuse. Riche, voluptueux, il dépensait des fortunes en festins. A Rome, d'où l'on avait chassé les imbéciles heureux comme corrupteurs de la jeunesse, il avait ouvert une école de gourmandise où les fils des patriciens se bousculaient plus que dans les écoles des grands philosophes. Il a professé l'art de la bonne chère, sa mort est à l'image du personnage. Après avoir dépensé des sommes astronomiques pour sa cuisine, après avoir absorbé pour chacune de ses orgies tous les revenus du Capitole, il eut l'idée de faire, pour la première fois, le compte de son patrimoine. Il compta qu'il lui restait 10 millions de sesterces, une fortune pour l'époque, mais il jugea cette somme insuffisante pour continuer à vivre dans son faste, de peur des tourments de la faim, il s'empoisonna. Comme tous les Soiffards, c'est dans l'excès qu'il était le plus raisonnable. C'est donc naturellement dans le triclinium de l'Atelier du Goût que l'Australo nous a convié à un banquet dressé par Esther et François, les réconciliateurs de saveurs, un lieu où l'assiette a du sens, où les produits viennent du terroir et les recettes d'on ne sait où. Une cuisine comme on l'aime, sans préjugés et qui n'a pas la vue basse.

Lire la suite...


2011, l'odyssée de l'espèce étrangère

dans la catégorie Rencontres Officielles

Vins_du_Monde.jpgC'est quoi un étranger? En voilà une bonne question que tu me poses, mon cher Ranulphe. C'est quelqu'un qui n'est pas Français. Je vais t'expliquer. Premièrement et statistiquement, il y aura toujours plus d’étrangers que de pas étrangers, en plus, les étrangers parlent des langues barbares bourrées de mots incompréhensibles par le commun des Français. Deuxièmement, c'est les Anglais qui tirent les premiers. Alors que le porc et le français sont omnivores, l'anglais bois du thé à la menthe, mange du gigot à la menthe, voire de la menthe à la menthe. Les deux caractéristiques essentielles de l'anglais sont l'humour et le gazon. Sans humour et sans gazon, l'anglais s'étiole et se fane, et devient creux. L'anglais a un cousin, l'irlandais. Jusqu'à il y a environ pas longtemps, l'Irlande était bourrée d'hérétique roux et alcooliques, à la démarche de nageuse est-allemande, copulant avec des bébés phoques avant de les éviscérés à la scie sauteuse. Aujourd'hui, il reste deux sortes d'irlandais. Les irlandais du sud, qui sont à l'ouest, et les irlandais du nord, qui sont en dessous de tout. Les grecs s'appellent aussi hellènes, d’où leur réputation, ils montent même leurs chevaux et roulent des pelles aux poneyses. Les espagnols sont un peuple fier et ombrageux, avec un tout petit cul pour éviter les coups de cornes. Il y a deux sortes de belges : les wallons, qui sont assez proches de l'Homme, et les flamands, qui sont assez proches de la Hollande. L'histoire de la Belgique est aussi ennuyeuse qu'une pensée d'Eddy Merckx. Les Allemands sont très travailleurs. Contrairement au français, qui prendra sur ses heures de sommeil pour se reproduire, l'allemand prendra sur ses heures de copulation pour bosser. Les nageuses allemandes ne peuvent pas se reproduire, bien qu'elles puissent éprouver une certaine jouissance, notamment en plongeant dans des piscines pleines.

Lire la suite...


In neuro Veritas, les caves se rebiffent avec un fil rouge à la patte

dans la catégorie Rencontres Officielles

prozac2.jpgJuillet, c'est les vacances, le farniente et la lecture, surtout s'il pleut comme ivrogne qui se soulage. En principe, l'été, c'est pas le moment d'être sérieux et c'est pas mon genre en plus, mais pour une fois qu'on se réunit en juillet, à défaut de faire une entorse à mon régime hyper calorique, je vais faire une entorse à ma ligne éditoriale et être sérieux, mais pas trop. "Sans les cafés, il n’y aurait pas eu Sartre", disait Boris Vian, qui ne faisait pas que cracher sur les tombes, et j'ajouterai, que sans les cafés et leurs ptit blanc sur le zinc, il n'y aurait pas eu d'Antoine Blondin, de Baudelaire, de Rimbaud, de Stendhal, de Musset, de Steinbeck, d'Hemingway, de Fitzgerald sans parler de Bukowski ou de Pline l'Ancien, amateur d'un capiteux et magnifique millésime 21 avant JC. Chez les hydropathes, le vin et la littérature ont toujours fait bon ménage, c'est sûr, l'alcool est soluble dans l'encre et vice versa. Mais il n'y a pas que le vin qui fait tourner la tête, certains chiffres aussi donnent le tournis, Dans un rapport charpenté comme un cru du pâtissier de Vesoul, on apprend que le chiffre d'affaire des participants à Vinexpo, le plus grand salon international du vin qui réunit tous les deux ans les cadors du secteur, flirte avec les 250 milliards de dollars, le prix de 370 Airbus A380. Et sans aide du VRP Sarkolique, faut le boire pour le croire.

Lire la suite...


Dégustation, ton univers impitoyable n°1, une théra...pis c'est tout!

dans la catégorie Rencontres Amicales

analyseur.jpgQuand l'Australopithèque m'a proposé de l'accompagner à Colmar pour faire déguster quelques belles Australiennes a des faiseurs de crus aussi Rieslinesque que soixantehuitard, j'aurai du me méfier, mais la probabilité quasi certaine de m'envoyer des Rusden, des Noon et des Kalleske ont altéré mon jugement, le fruit mûr d’une longue adaptation sociale. Meublé d’une volonté solide de déguster, j'ai donc répondu par un oui joufflu et décidé. Mes parents ayant mis à l’intérieur de mon corps jovial des gênes pathologiques de clown aviné, je suis parti dans l'idée de passer une bonne soirée à me taper des gorgeons de vins, musculeux certes, on approche facilement le 16 ou 17°, avec ces bébés là, mais non dénué de plaisir. Quand j'ai vu l'amphithéâtre de dégustation froid comme un bloc opératoire, j'aurai du fuir, quand j'ai repéré qu'il n'y avait que du pain sec à se mettre sous la dent, je suis balaize velu pour renifler les fromages de tête et autres vieux conté affiné, j'aurai du me jeter dans le premier crachoir venu. Plus de 3 heures de dégustation analytique à découper un ceps de vigne en petites questions, c'est pas des verres impitoyables qu'il leur faut, c'est des fioles et des éprouvettes. 3 heures à boire des canons sans parler du plaisir de le boire avec des potes et une montagne de cholestérol. Tout savoir sur les Mécanisme de la fermentation alcoolique, la malo, l'espacement des poils du cul du vigneron ou la dangerosité des parasites de la vigne Australienne. Une fois, un vigneron s'est fait boxer par un kangourou, ça marche? Des déchainés enchaînés de la dégustation crachent leur vin dans une timbale d'acier tel Clint Eastwood son jus de chique dans "Impitoyable". L'art du jet post-dégustatif, précis, sans éclaboussure est à la dégustation ce que le dégainage de colt est au duel. Les regards se croisent et se jaugent comme dans la rue, devant le saloon, qui dégainera le premier?

Lire la suite...