Leverasoif.com

Tag :

Perrières

Fil des billets

C'est qui le con de javanais qui a salopé le beau salon tout blanc?

dans la catégorie Rencontres Officielles

salonblanc.jpgVous connaissez tous le salon de la vache et du prisonnier politique aussi appelé salon de l'agriculture, le salon de l'auto, de la moto, du vélo, du trico et même du vin. Vous n'allez surement pas très souvent dans les salons de thé boire une verveine avec madeleine, certains, que je ne nommerais pas, pratiquent assidument les salons SM, et nous fréquentons tous, plus ou moins souvent, un salon de coiffure. Dans les salons bas de gamme, on te demande ce que tu veux, tu réponds "euuuh…comme d'hab mais courts". Dans les salons classe, on te file la carte, comme au resto, on t'offre un café ou un thé, le catalogue est plein de beaux gosses coiffés comme des joueurs de foot, des mannequins super mignon sinon ils feraient pas mannequins mais pâtissier-vigneron, comme vous et moi, enfin surtout toi. Logiquement, tu optes pour la coupe de Justin Bieber, le coiffeur interlope qui officie, te fait remarquer qu'avec ta calvitie plus que naissance, ça va être coton, il te propose plutôt la coupe Zidane, dans la mesure où il est coiffeur et pas équarisseur. Après 30mn de coups de ciseaux, de tondeuse et de rasoir, de discussions pénibles sur la météo et la télé-réalité, on te tend un miroir et là tu te rends compte que tu as vachement la même tête qu'avant qu'il n'exécute son œuvre et tu te demandes pourquoi tu t'es infligé 30mn de polémique sur Nabila, le coiffeur a le droit d'avoir des références de coiffeur, c'est même le propre du coiffeur. Non mais allô quoi! C'est quoi ce salon?

Lire la suite...


Leçon particulière dans les Perrières

dans la catégorie Notre vin quotidien

germain1.jpgComment parler de l'accueil de JF Germain sans tomber dans la redite et le rabâchement? Comment parler de ses vins sans ouvrir son dictionnaire des superlatifs? Comment fait-il pour enfanter des vins aussi honnêtes, magnifiques, fidèles aux terroirs, aux millésimes, en gardant l'identité maison, pureté, profondeur, finesse et complexité. Il n'y a que deux solutions, la magie et la passion. On n'a pas vu de baquette de magicien, de lapin blanc sortis du chapeau pointu, non, juste beaucoup de passion et une grande bouteille de Perrières pour illustrer le propos.

Meursault Perrières 2009 Domaine Henri Germain

germain-meursault-perrieres.jpgOn compare souvent les Perrières au Montrachet pour affirmer son caractère de grand cru, sa capacité à vieillir et sa personnalité unique à Meursault, mais pour le style, rien à voir. La puissance, la densité d'un Montrachet est remplacée par l'énergie, la fougue du Perrières. Le nez est d'une rare élégance, aérien, intense et complexe, sur des notes d'agrumes confits, de mandarine, de chèvrefeuille, de menthe fraiche, de pierre chaude et une touche d'amande grillée. La bouche est d'une grande pureté, avec encore un peu de retenue, comme une timidité à dévoiler tous ses charmes. C'est ample et concentré, mais la tension tiens la matière en apesanteur, une plume de plomb, un vin colossal et vaporeux, une réelle perfection à une persistance infinie. Il suffit d'écouter JF Germain parler de ce vin pour percevoir son plaisir à en être le géniteur, sans orgueil, juste fier d'avoir été digne d'un grand terroir.

Une perle dans les Perrières

dans la catégorie Notre vin quotidien

Meursault Perrière 2002 Domaine Germain

germain2.jpgRobe claire, quasiment pas d'évolution. Nez très racé, tendu, entêtant, subtil sur des notes d'agrumes confits, de tilleul, de thé vert, de sauge, d'acacias et de menthe sauvage. La bouche est d'une grande pureté aromatique, fine, droite, charmeuse, aucun bluff, c'est exquis, ça emplit la bouche avec grâce, ça se diffuse tranquillement, longuement, une intensité qui mèlle éclat, raffinement et volume. Grande et belle finale minérale sur les agrumes. Un joyau, tout l'esprit murisaltien dans cette magnifique bouteille. Grand vin

Meursault-Perrières, le plus noble et merveilleux des premiers crus de Meursault. Peu de terroirs bourguignons s'expriment avec autant de force que dans les Perrières. Puissance sans exubérance, richesse, fraîcheur, minéralité, finesse, élégance et doté d'un fort potentiel de vieillissement.


Meursault et Echezeaux font bon ménage

dans la catégorie Notre vin quotidien

Petit préparatif de la soirée de demain. Première constatation, il n'est pas nécessaire d'être nombreux pour se faire plaisir, deuxième et à deux, pour préparer la bourgogne, cette région peuplé d'escargots et de vignerons, il faut prendre un peu d'avance. Si vous avez un copain qui s'appelle chokwine, s'il s'intitule autrement ça peut aussi marcher, c'est la bouteille qui compte, et s'il débarque avec un Grand Echezeaux de la famille Gros pour accompagner le saucisson de pata-negra (encore) il faut ouvrir un petit Meursault Perrières pour se dégourdir les papilles et préparer la bouche.

Meursault Perrières 2001 Domaine MatrotMatrot_Perrieres.jpg

Beau nez typique de Meursault, beurré, brioché, noiseté mais avec un beau fruit mûr, des agrumes, du tilleul et de la fleur blanche. La bouche est tendue, grasse avec beaucoup de fruit, de la fraicheur et une longue finale minérale. Excellent


Grand Echezeaux 1997 Domaine Gros Frère et SœurEchezeaux_Gros_Frere_et_Soeur.jpg

Premier nez évolue, réduit, animal. Le vin va se mettre en place doucement (l'avantage de la boire à deux), en premier lieu sur les petits fruits rouges, le champignon, l'herbe fraiche, il va évoluer dans le verre et changer vers des notes d'épices, de moka et surtout de prunes et de kirch. La bouche est savoureuse, douce, elle aussi change doucement pour des impressions lactée, onctueuse. Les tannins s'enrobent sur le palais vers une belle finale. Un vin évolutif qui n'a cessé de se transformer pour devenir superbe.