jacques_boissenot.jpgPour entrer dans un grand château Bordelais, il faut savoir montrer patte blanche ou œil bridé, pour déguster, il faut être persuasif mais pour connaitre les secrets de fabrication, il faut probablement tuer un grand nombre de personne. La communication est parfaitement huilée, historique, terroir, cépages, vendanges, chais et dégustation, mais très peu d'information sur la fabrication du breuvage le plus couru du monde. Les intervenants sont des pros de la communication comme à Angélus ou des techniciens comme à Cos d'Estournel, mais les vrais faiseurs d'or Bordelais sont dans leurs laboratoires. Des hommes de l'ombre qui gardent les secrets des grands Bordeaux. Il y a bien le volubile et très voyant Michel Roland, mais il est l'arbre qui cache la forêt de fûts.

Lire la suite...