pegida1.jpgPlus ça va, moins ça va, certains illuminés soutiennent que la migration massive que subit de plein fouet l'Europe n'est pas un hasard, mais un plan organisé, planifié, que le projet est machiavélique, que les habitants des futurs "Etats Unis d’Europe" ne seront plus les peuples originaires du vieux continent catholique, mais plutôt une sorte de sous-humanité bestiale issue de mélanges raciaux, un troupeau multi-ethnique sans qualités spécifiques et facile à dominer pour les élites au pouvoir. Rien de moins. Mieux que le meilleur des Mondes d'Orwell. Pendant que certains délirent, d'autres s'échine à expliquer, dans le vide, que ses gens fuient la guerre, les bombes et la misère économique. En 1973, dans son roman, "le camp des saints", Jean Raspail décrivait les conséquences d’une immigration massive sur la civilisation occidentale. Partis du delta du Gange, un million de miséreux déferlaient, comme une vague apocalyptique, sur la Côte d'Azur, sous l'œil impuissant de pouvoirs publics désarmés face à la veulerie de la population autochtone et l'affaiblissement de l'Etat. Certes, c'est un livre, un bon livre, j’avoue ne pas me souvenir de la fin, sûrement tragique, car ce livre évoque l’Apocalypse de Saint-Jean. Est-ce un livre prophétique ou pédagogique?

Lire la suite...