degustation-prestige.jpg.jpgFaut-il accorder un plat? Comme ça, à brûle pourpoint, et si tant est que vous aillez un pourpoint à brûler, vous allez me répondre "ben ouais, trop carrément, c’est trop bien l'accord, c'est hype, par exemple… bon là j’ai pas d’exemple qui me vient en tête, mais, bon, je ne sais pas, par exemple… mon cousin, il te demande, bon, et là… enfin, bon, ouais, c’est super l'accordage, sauf si c'est un piano". Même si c’est une réponse peu argumentée, vous n'auriez pas tort. Dans la mesure où je ne suis que rarement d'accord avec les autres, moi compris, l'accord est en effet quelque chose de complètement surestimé, au même titre que le folk, l'amour ou le doigt de JeanDa dans le Nutella, mais pour des raisons différentes. Prenez ce tripier du XVIIIe siècle. Lui et ses collègues de la triperie ont faim. Mais ils sont bien embêtés, ils n'ont pas de conserves en réserve, soudain pris d’une impulsion aussi subite que géniale, le chef tripier s’exclame "oh tiens, si je mélange les restes du cochon, les carottes et les oignons avec un bon vin rouge, ça donne un truc pas dégueu, je vais appeler ça daube de joue de porc confite au Thym et à l'orange en hommage à Pagnol. Avec ça, on va boire un bon Châteauneuf en hommage à mon cousin Jacques Perrin. Alors d’accord, il a fait preuve d’imagination. Il a accordé son violon et son plat. Mais est-ce vraiment grâce à lui si le vin s'accorde si bien avec le plat? Perso, je suis totalement en accord avec ceux qui pensent que c'est un désaccord parfait.

Lire la suite...