rotissoire.jpgIl était une fois, un pays très joli et pas très lointain dont le président, un homme à fable, a décidé de baser toute sa politique sur un système simple, fondé uniquement sur la "faitdiversocratie". Son constat, il vaut mieux régler les choses après qu’elles soient arrivées plutôt qu’avant, sinon comment veux-tu qu’on s'aperçoive qu’elles ont été réglées? Ses ministres lisaient les journaux, rubrique faits-divers, même en été, et promulguaient des lois. Quand un homme a découpé sa femme à la tronçonneuse, ils interdirent les bucherons et les tronçonneuses, quand un chien a mordu un enfant, ils interdirent les chiens, ils avaient bien pensé à interdire les enfants, mais ce n'était pas possible. Quand un jeune fan de "call of duty" et de musique satanique décida soudainement d’abattre 82 personnes, sur une petite ile, ils décidèrent d'interdire les jeux vidéo, les iles et le satanisme, sauf en enfer. Quand plusieurs hommes assassinèrent leurs épouses respectives à coups jambon de pays, ils interdirent le mariage et les jambons de pays. Quand M.Fenimore Moilneux, l'arbitre de la rencontre PSG- ETGFC (Evian Thonon Gaillard Football Club), siffla le penalty qui donna le titre au parisien, ils décidèrent d’interdire les équipes de foot avec cinq noms dedans, le penalty et les arbitres avec des noms idiots. Quand on les accusa de ne légiférer que sur des faits divers, ils édictèrent la déclaration des droits du fait, qui commence et se termine, puisqu'il n’y a qu’un seul article, ainsi : "Tous les faits sont libres et égaux, et il est interdit d’en considérer certains comme divers, sauf en été". Alors, lorsqu'un journal local annoncera qu'un groupe de Soiffards a tenté de se suicider au cassoulet, il est plus que probable qu'on interdira le cassoulet et le suicide, parce que c’est un peu trop facile, sinon….

Lire la suite...