Leverasoif.com

Tag :

Rostaing

Fil des billets

Cannibal lecteur m'a fait un effet Bœuf

dans la catégorie Rencontres Amicales

JMB.jpgCertains osent dire que pour avoir une bonne santé, il fait éviter de manger. C'est faux, ne pas manger nuit gravement, et de façon irrémédiable, à votre santé. Heureusement, grâce aux 35 heures, à la formation professionnelle, à l’héritage déplorable de mai 68, à l'automobile, à l'autoroute et à Jérôme Kerviel, nous pouvons manger de la viande saignante et de qualité. Ce jeudi, il était important que nous eussions l’estomac dans l’étalon pour apprécier la viande de la boucherie du Couteau d’Argent, et de son chef, le célèbre Yves-Marie le Bourdonnec. Futés comme des fennecs roux, vous avez deviné que le bougre n’est pas Alsacien, mais Breton et surnommé sans frémir "le boucher de mes tunes" par bon nombre d’amateurs carnivores et fortunés, le boucher des stars. Il parait même que Mike Jagger et Mélenchon sont clients. L'histoire du pourquoi du comment je suis allé dans cette boucherie est compliquée, c'est hyper loin, très cher et hyper bouchonné, mais l'Auteur de L'effet bœuf, un plaidoyer en faveur de la bonne bidoche, n'est pas Boucher à l'émeri comme les autres et il ne rechigne pas à tailler une bavette en servant ses clients, on est loin du Buffali Groll! Lecteur, à vos livres de cuisine.

Lire la suite...


Un homme et son terroir

dans la catégorie Notre vin quotidien

René RostaingAu hasard de mes pérégrinations wouebesque, je suis tombé, sans me faire mal, je vous rassure, sur un compte rendu, qui disait ceci : "Bon producteur mais l’année a été difficile. La bouche, légère, manque de volume. Arômes de gibier très agréables". Un peu court, cher ami! Pour décrire un vin c'est un brin léger, faut bien le reconnaitre. Qui plus est quand ce commentaire est accouché (c'est bien le mot) par un ex-participant au concours du meilleur sommelier du Monde. Notre vin, un Côte-Rôtie 2002, était dégusté au Japon, comparativement à deux Barossa Valley Australienne 2005 (rien à voir avec notre Australopithèque à nous), un Languedoc 2005 et une autre Côte-Rôtie, une Côte Blonde de Guigal mais dans un millésime chaud: 2003. Dans le genre foutrac, la série était gratinée. Comme j'ai la chance d'avoir cette "cuvée Terroir" 2002 de René Rostaing en cave et que j'apprécie son géniteur, j'ai voulu en savoir plus et j'ai débouché la belle pour accompagner un magret de canard aux poires. Bien m'en a pris!

Côte-Rôtie "Cuvée Terroir 2002" René Rostaing

Terroir 2002 RostaingRobe rubis tirant sur le prune, légère évolution, un peu trouble. Le nez va mettre quelques minutes à se mettre en place, puis évoluera sur des notes de cerise noire, prune, violette, graphite, musc, menthol, de beaux arômes qui montent à mes narines conquises. La bouche est à l'avenant, une attaque fraiche, mentholée, une acidité remarquable, une matière, certes peu abondante, mais soyeuse, charmeuse, avec en bouche un grain graphité, réglissé. C'est d'une grande élégance, presque Bourguignon, Chambollien, Chabrolien, si j'osais et j'ose. La finale n'est pas impressionnante de longueur, mais la minéralité du terroir s'exprime avec franchise. Un vin sincère, sans esbroufe qui fait honneur à un vigneron qui a choisi de privilégier la qualité de sa cuvée 2002 en y incorporant ses grandes cuvées (Landonne et Côte-Blonde) par respect pour la typicité de son terroir et pour le plaisir de ses clients. Respect - Très bien

De la conscience cognitive du moi dans l'alchimie d'un Barbecue

dans la catégorie Rencontres Amicales

cote-de-boeuf-grillee-zPC157.jpgLa problématique du rapport à son moi me semble un élément majeur de notre construction, au même titre que le choix d'un vin de barbecue. Il est évident que chacun a une notion plus ou moins tronquée de soi et une idée plus ou moins approximative du parfait vin de grillade mais en a une notion tout de même. Et c’est en partant de ce postulat erroné que nous raisonnons. Certaines personnes n’ont véritablement aucune objectivité quant à eux-mêmes et, outre le fait que ça perturbe mon cervelet de bichon maltais, cela les conduit à faire des mauvais choix, souvent Bordelais, il faut bien le reconnaitre. Un bon Bordeaux sur des grillades, c'est comme un Soiffard dans une station thermale, un pit-bull dans un jardin d’enfant, un mec dans les toilettes des femmes ou pire, comme une tranche de jambon dans une mosquée. Incongru! Un bon exemple valant souvent mieux qu'un mauvais et moins pire qu'une théorie fumeuse, nous avons testé le concept cognitif du vin de merguez sur le magnifique bbq d'Alain, monté, que dis-je, fignolé par Jean-Luc, l'empereur de l'assemblage de barbecue.

Lire la suite...


Six cageots de Bergerac et les mots divins

dans la catégorie Inclassables mais classés

Chaque fois que je me retrouve à déguster chez un caviste, c'est-à-dire, approximativement souvent, il y a toujours un petit jeune qui entre, demande conseil au caviste, qui lui propose de goûter quelques choses et le sollicite pour donner son avis. C'est à ce moment que les choses se gâtent. Ledit pti jeune, envisage de s'enfuir en courant, regarde ses pieds, constate qu'il est cul-de-jatte, tente vainement de passer aussi inaperçu qu'un fumeur de ganja Jamaicaine dans un meeting d'Edouard Balladur et tente un : Ce vin...il a un nez...heu...il est...bon! J'aimerai avoir la finesse d'un Rostaing et la verve de Rostang et lui dire :

Lire la suite...