Leverasoif.com

Tag :

Tollot-Beaut

Fil des billets

Virée des grands ducs de Bourgogne, les escargots ne sont pas de vin...suite

dans la catégorie La tournée des vignes

Partie 2

tollot-beaut1.jpgA peine le repas digéré, direction une petite appellation, un peu en marge, coincée entre la capitale de la Bourgogne viticole et la célèbre montagne coiffée en brosse par le petit bois qui la surmonte. Direction Chorey-les-Beaune, rue Tollot… Chez Tollot-Beaut, comme son nom l'indique bien. Chez Tollot-Beaut, c'est une affaire de famille qui compte actuellement 24 ha, dont 10 sont en appellation Chorey-les-Beaune. Les vignes appartiennent à l'ensemble de la famille et sont exploitées en fermage. Le domaine a été créé à la fin du XIXe siècle, il s'est étendu, au fil des générations, jusqu’à Savigny-lès-Beaune, Beaune et Aloxe-Corton. Aujourd’hui, ce sont trois cousins germains, Nathalie, Jean-Paul et Olivier, qui gèrent le vignoble plantés en pinot noir et une petite partie de chardonnay. La gamme de vin est large, des valeurs sûres de la région dont la qualité régulière est unanimement reconnue. La majeure partie de la production est d’ailleurs vendue à l’étranger. Ici, la crise des petites appellations ne sévit pas, toute la récolte est vendue, on n'accepte pas de nouveaux clients, malheureusement pour nous qui sommes venus là après ce magnifique Corton-Charlemagne d'il y a quinze jours (voir ici). Les vins du domaine se caractérisent par leur finesse, sur des arômes précis et un boisé justement dosé, aucun cru n’est élevé 100 % en barriques neuves, dans un profil fruité et élégant, assez moderne. Direction la cave pour une dégustation des 2013 sur fûts.

Lire la suite...


Détournements mineurs et rentrée littéraire à Meursault

dans la catégorie Rencontres Officielles

Vosnes3.jpgAujourd'hui je suis mort, ou peut-être était-ce hier, ou un rêve, je sais pas, j'ai même pas reçu de télégramme de l'hôpital. Cela ne veut rien dire. C'était peut-être hier. Ce matin, un rayon de soleil m'a réveillé en me réchauffant le visage. Même si c'est une belle journée, c'est dimanche et je n'aime pas le dimanche. J'ai fait du café et je suis allé acheter le journal du jour. Je n'ai jamais aimé lire les nouvelles, sauf pour y trouver des choses qui m'amusent. A dire vrai ça m'est égal ce qui se passe dans le monde, mais je l'achète pour passer le temps. Cette intro alambiquée et confuse est un pastiche de l'œuvre de Camus: l'Etranger. Pourquoi Camus? C'est une bonne question mon petit Ranulphe. Parce qu'en cette année 2012, peut être bien la dernière, il n'est pas inutile de se recentrer sur la culture. Si pour toi, "Sex and the cystite" est un monument du cinéma, que "Chateaubriand" c'est surtout bon quand c'est saignant, que t'écoute en boucle Rondo-Veneziano, que ton tableau préféré est un poster d'un ninja roux en train de sniffer du beurre de cacahuète, alors, rien que pour toi, on va mettre les bouchées doubles. Cet hiver j'ai refait mon retard littéraire, j'ai lu les grands classiques, Camus, Beigbeder, Houellebecq, Dan Brown et Télé 7 jeux et à quoi ça aurait servi si je ne vous en parlais pas?

Lire la suite...


Quand le Tchador, les souris lèvent le voile

dans la catégorie Rencontres Officielles

images2.jpgPour commencer, une fois n'est pas coutume, je vais commencer par la conclusion : je suis pour le voile. Je suis même un fidèle adepte du voile. Il faut donc remercier Copé, l'écopeur, "le champion du monde du lancer de débat qui n'as pas lieu d'être et n'est pas un débat puisque les conclusions sont tirées avant le début dudit débat". Inutile donc de passer 5 plombes dans une pièce avec des mecs qui puent sous les aisselles et des hystériques en Nikab. Bref, chacun est libre de se faire un avis, du moment qu'elle est proche du mien. En liminaire, je préviens les intégristes qu'il n'y a rien de personnel dans mes saillies. D'autant que, comme je suis pleutre comme un phoque, oui le phoque est couard en plus d'être à voile et à vapeur comme un foc, je vais donc faire une digression facile sur nos amis cathos. C'est d'une facilité imbécile, je le reconnais, mais vaut mieux prendre un missel sur la tronche que voir un kamikaze shiite, bourrée au libanais rouge, se faire pêter les valseuses sur ton paillasson, en vue de se bouyaver une plâtrée de vierges, probablement pucelles. Attention, loin de moi, l'idée grotesque de penser que tous les curés sont antisémites et pédophiles, non, je ne mange pas de ce pain bénis là, il y a aussi quelques bons pères de famille. Prenez le cas du père Lassusse, un juste celui-là, il a tellement planqué de petit juif sous sa soutane qu'à la fin de la guerre, il était circoncis. Donc, le voile, je suis pour, totalement pour, mais pour des raisons qui semblent jusque-là échapper à tout le monde. Primo, c'est bon marché, ça renforce mon budget vin, personne ne porte une burqua Coco Chanel, super cintrée, avec moumoute en peau de zébu Tahitien. Deuxio, ça évite à pas mal de gonze, un fantasme inutile et des idées burlesques qui peuvent mener on ne sait où, même en prison à New-York.

Lire la suite...