Londres.gifMind the gap, je n'arrive plus à me sortir cette phrase de la tête. Entendue et réentendu à chaque station de métro, répétée par l'Ermite à chaque station, un tube Londonien. Mind the Gap between French and British cultures! Oui, un fossé sépare les Français de leurs cousins Grands Bretons. Même si nos histoires se sont mêlées et entremêlés, même si une heure d'avion nous sépare, les Froggies connaissent mal les Rosbifs, et les rosbifs se foutent des Froggies. D'abord, on a failli ne pas partir, grève des contrôleurs aériens Français, normal, la grève, c'est notre culture, 2 heures d'attente dans un avion low-cost Irlandais, serré comme des fish & chips en attente d'autorisation de survol belge. Arrivée à Standsted, queue à la douane, Brexit oblige, un douanier qui ressemble à une douanière et qui me regarde avec des yeux de Teckel malade et qui fait la moue quand il comprend que je ne comprends pas ce qu’il baragouine dans son anglais natal. Première surprise, où sont les anglais? On a vu beaucoup de chinois, de japonais, de coréens, des indiens, des Paki pas cher, des ricains, des australiens, des italiens, des serveurs Brésiliens, même un Boukistanais, mais très peu d'Anglais… On a bien croisé un pochetron qui a avalé une immonde barquette de viande-frite avant de ronfler dans le tube après un curage de pif en règle, mais il n'était probablement pas représentatif du genre. Deuxième mauvaise surprise Londonienne, le café anglais, après en avoir bu, tu n'as qu'une seule envie, repartir. Bref, à Londres, on a rencontré moins d'anglais que d'écureuil gris. C'est bizarre Londres sans Anglais et sans chien, on a croisé maxi dix chiens et pas une crotte. 4 jours à Paris et tu pues la merde de chien pendant 6 mois. Ici, on a croisé plus de squirrel que de chiens, mais pas de dentiste, d'opticien, de cabinets médicaux, leur économie fonctionne bien, mais leur système de santé est très malade, sans parler des personnes de plus de 70 ans qui travaille encore. Selon un article paru récemment dans une revue scientifique, il y a si peu de dentistes en Angleterre, c'est que les gens s'arrachent eux-mêmes les dents! Bref, on a fait du tourisme, pubs, bière, Earl Grey, Buckingham, Big Ben, la Tour, le Bridge, Hyde Park, la city et son cornichon magique, le métro de Coven Garden et ses escaliers interminables, les bus Anglais, ligne 31, Camden Town et finalement, l'Ermite a eu un coup de foudre à Nothing Hill, sur Portobello Road pour un punk à la crête rose.

Lire la suite...