Chaque fois que je me retrouve à déguster chez un caviste, c'est-à-dire, approximativement souvent, il y a toujours un petit jeune qui entre, demande conseil au caviste, qui lui propose de goûter quelques choses et le sollicite pour donner son avis. C'est à ce moment que les choses se gâtent. Ledit pti jeune, envisage de s'enfuir en courant, regarde ses pieds, constate qu'il est cul-de-jatte, tente vainement de passer aussi inaperçu qu'un fumeur de ganja Jamaicaine dans un meeting d'Edouard Balladur et tente un : Ce vin...il a un nez...heu...il est...bon! J'aimerai avoir la finesse d'un Rostaing et la verve de Rostang et lui dire :

Lire la suite...