107554250_o.gifAujourd'hui, j'imprime à ce blog son millième billet. Une façon comme une autre de tourner la page de cette "annus horribilis" 2015 qui ne restera pas dans les annales. Au début, il s'agissait de m'exprimer sur tout, sur rien, mais sur le vin, parfois en vain, toujours en liberté. C'est ce que j'ai fait, que je fais toujours et que je ferai encore quelques temps, puisque le temps me manque de plus en plus. En cinq ans, mille billets et un peu de fausse monnaie. J'ai cogité longtemps sur la bouteille qui devait être le sujet de ce millième post. Un Bordeaux pour le contre-pied, un grand Meursault que j'aime tant, une belle Côte-Rotie? Pas vraiment le cœur à ça! Hasard terrible du calendrier, ce post arrive au pire moment. Les attentats et la COP21, les fanatiques du Djihad et la menace climatique, deux fléaux aux parfums apocalyptiques qui nous menacent, et je ne sais pas lequel me fait le plus peur. Les fanatiques ne peuvent nous vaincre, mais ils peuvent nous amener à nous refermer, à fermer nos frontières, à saper nous-mêmes nos libertés, bref à nous autodétruire. La menace climatique, si nous ne changeons pas nos habitudes de consommation, si nous continuons à nous shooter à la croissance carbonée, nous nous autodétruirons aussi! Quel cruel dilemme! La police, l'armée, les lois d'exception, les perquisitions, les bombardements ne changeront rien à la hausse des températures. Le réchauffement climatique nous menace bien plus que les méchants barbus et implique des décisions, beaucoup moins consensuelles, des changements bien plus drastiques de nos modes de vie.

Lire la suite...