Bresil1.jpgA peine les projecteurs de la ligue des Champions éteints, à peine CR7 regominé comme un cagole, que déjà, à grand coup de pub, on se prépare à mouiller le maillot tricolore pour la coupe du monde des pauvres brésiliens. Et en plus, ils ne sont pas contents, ils se révoltent, preuve que dans ce pays, il n'y a pas des putes et des foutcheboleurs, il y a aussi des râleurs, comme chez nous. Heureusement, il y a Michou Platoche pour les mettre à 9m, au pied du mur. Platini, le spécialiste des coups pas franc, c'est quand même le type qui a tiré le pénalty victorieux, un soir de mai 85, lors du match de la honte du Heysel, et qui, depuis, est devenu président de l’UEFA. Sans se soucier du fait qu'une grande partie de la population crève la faim, notre Platoche leur a demandé de se mettre la bite sur l'oreille et d'attendre que sa clique ait engrangé, sans trop se mouiller, les milliards de la Coupe du monde. Après, il sera toujours temps de protester, avant que les forces de l'ordre ne vienne faire le ménage dans les favelas. Faut pas que déconner. L'ex petit gars de Joeuf, notre héros de jeunesse a fait taire les manants Brésiliens, un tacle à la carotide, et sans même prendre un carton rouge, la presse ne veut pas gâcher la fête à neuneu.

Lire la suite...