la-guerre-des-vins.jpgEn ce mois de juillet caniculaire et de cavalcade martiale, oui, un défilé militaire, c'est un peu comme une version de la parade de majorette, mais en plus belliqueux, je me disais qu'on pourrait en profiter pour éradiquer la guerre, rien que ça! La guerre, c'est pas choupy, c'est mal, pas autant que les majorettes, mais quand même, c'est pas bien. Un exemple, si Sénèque, conseiller à la cour impériale sous Caligula et précepteur de Néron, au lieu d'écrire des poèmes à la con, avait été un peu plus sévère avec le petit con de Néron, s'il l'avait un peu taloché de temps en temps, sa mère Agrippine serait peut-être encore en vie, comme des milliers de Chrétiens et Rome n'aurait pas brûlée. Sénèque aurait pu aussi, finir en brochette lors d'une soirée barbecue de la garde prétorienne, l'histoire ne le dit pas. Certes, la guerre est une activité traditionnelle, au même titre que le chant Grégorien, le Menuet ou les blagues de Toto, des activités pratiquée par l’Homme depuis la nuit des temps pour mettre fin à certains désaccords entre groupes d'humains. Qu’il s’agisse de s’emparer de ressources nécessaires à la survie du groupe, comme l'eau, la viande de Mammouth, l'or ou le pétrole, voire les femmes pour récurer leurs slips en peau de tigre "dent de sabre", voire plus prosaïquement pour étendre son territoire.

Lire la suite...