aromes-du-vin1.jpgJ’ai essayé, essayé encore, mais, définitivement, je ne suis pas un snobinard du pinard. J'ai beau arpenter les endroits où l'on goûte, j'ai beau remplir des fiches de notes plus longues que certains vins. J’ai bu, j'ai sifflé, du blanc, du rouge, même un peu de rosé, j’ai bien écouté ceux qui parlent de fraise des bois, de citron confit, de citronnelle, de cuir de Russie, de bois de Vosges ou de minéralité sous-jacente. C'est dur de faire semblant, c'est dur d'être objectif, c'est dur de tout aimer, sans préjugés, sans idées préconçus! Je peux acheter n'importe quel vin, au hasard, n’importe où, la ramener chez moi et en apprécier sa dégustation. J'ai bien dis sa dégustation. Le vin peut être moyen, trop boisé, trop fluet, trop ceci ou cela, j'essaie de gouter avec les mêmes repères et d'en apprécier les qualités, même petites. Bien entendu, il y a des différences, je sais reconnaitre un petit vin d'une grande bouteille, je préfèrerai surement la grande bouteille, dix fois plus chère surement, je l'aimerai peut être un peu plus, mais pas tant que ça, et surtout pas pour son prix ou son appellation.

Lire la suite...