tolldeblog.jpgCette semaine, Gertrude-Kévina, ma "community manager" imaginaire, m'a convoqué dans son bureau imaginaire pour faire le point sur ce blog. " Mortecouille, orchidoclaste, meus ton séant céans ou ce blog est occis, tes grotesques zinzinulations font à peu près autant d’effet qu’un strip-tease de Jean-Pierre Raffarin", me dit-elle dans son français des quartiers. C'est vrai qu'elle est née dans un quartier de Gstaad et qu'elle n'insulte personne sans le cautionnement de Nadine de Rothschild. Je tentai vaguement de glisser une blagounette sur le fait que des pandas roux auraient été aperçus au Boukistan, mais la pointe de consternation qui a fait soubresauter son nez aquilin, m'a stoppé net.
- J'ai bien pensé au sexe, mais comme tu es imaginaire et communiste, je préfère qu'on reste camarade.
- Tu as pensé aux tutos tricot et crochet, ça revient à la mode et ça plaît à la ménagère de plus de 50 ans, l'Ermite pourrait s'en charger, et la cuisine, tu aimes la cuisine? Tu pourrais aussi raconter ta vie de soiffard sur un ton décalé et désabusé? Ça peut marcher!
- Hier, j'étais aux impôts et j'ai mangé du poulet, c'est assez décalé? En plus, c'est un peu ce que je fais déjà, non?
- C'est pas faux…Trouvons autre chose. Et si on utilisait les trolls qui se cachent dans la jungle de l’internet? On lance un débat bien trollesque, du genre capable d'atteindre le point Godwin en moins de temps qu'il n'en faut à L'Ermite pour faire une vanne scabreuse, apparition d’insultes, analogie avec le fascisme, le communisme, le racisme, l'antipatriotisme, l'exorcisme, le sexisme, le ptyalisme, le truisme, le zwinglianisme et le latitudinarisme (j'ai des actions chez wikipédia). On recentre le débat, redérapage dans la foulée et on balance un "don't feed the troll" tous les cinq messages. Si avec ça, ça ne décolle pas, c'est à désespérer des trolls. T'as une idée d'appeau à troll?

Lire la suite...