Leverasoif.com

Le vin atypique ma curiosité

dans la catégorie Inclassables mais classés

vins_atypiques.JPGLe vin, c'est comme dans la vraie vie, plus on est curieux, plus on est intelligent! Dans le vin comme dans la vie, la curiosité ne doit pas être un choix, mais une nécessité fondamentale et constructive. Être à l'affut de vins de terroirs méconnus ou de cépages ancestraux, autochtones ou marginaux, quand ils ne sont pas défendus (au deux sens du terme), partir à la recherche de vinificateurs créatifs ou de vinifications innovantes, de terroirs nouveaux, de nouvelles viticultures ou simplement de vins insolites, est nécessaire et vital. La vie, la vigne et le vin sont en renouvellement perpétuel. Certains ont une approche minimaliste, comme les adeptes du tous bio, même si je pense que s’enfermer dans un bio pur et dur, c’est voir l’enjeu du vin par le petit bout de la lorgnette. Le temps de la viticulture productiviste est derrière nous, cette viticulture ne répond plus aux attentes des consommateurs d'aujourd'hui. Dans 20 ans, la question de savoir si un vin est bio ou non sera certainement désuète. De plus en plus souvent, je me tourne vers ceux qui explorent des horizons nouveaux. Ils sont inclassables, innovants, iconoclastes, parfois difficiles, mais tous ont la volonté de produire des vins qui sortent des canons, des critères de standardisation, de ses standards qui anesthésient le goût, tous ont pour objectif de faire des vins qui étonnent, qui sortent du carcan de l’appellation d’origine. Vive les trublions de l’AOP, vive les marginaux, les téméraires qui transgressent, qui replantent, qui expérimentent avec, trop souvent, comme seul récompense, une éviction de l'appellation contrôlé par les tenants de la standardisation. Le nom ronflant d’un terroir prestigieux n’a jamais été une garantie de bon vin, loin s’en faut! L'avenir de ses vins, de ses vignerons, réside dans notre capacité à faire connaitre, reconnaitre ses nouveaux explorateurs, mais aussi de faire du vin et de sa dégustation, un art de vivre. En France comme ailleurs en Europe, au lieu de jeter l’anathème, l'opprobre sur le vin et de culpabiliser l’amateur de belles quilles, il serait bien, comme en Asie, de lui rendre son prestige, un marqueur de réussite sociale ou simplement une composante de notre culture. La vigne, le vin et les vignerons ne méritent pas cette autoflagellation permanente. Le vin, consommé avec modération, peut être un acteur de l’éducation du goût pour les prochaines générations.

Lire la suite...


Quand l'Ermite danse comme Saint Guy

dans la catégorie Notre vin quotidien

ermite_danseur.jpgLa marche, ça fatigue! Surtout quand t'es vieux, déjà fatigué et passablement aviné. Après notre marche hebdomadaire et le repas frugal et austère qui suit, pendant que nous devisions des bienfaits de l'eau minérale, des choses de la vie, comme dirait Claude Sautet, de l'équipe de France de foot, de la fiscalité des babouins de Bali, de la comète qui pue, de la nature des hommes, de la météo de Marine le Pen, de la vie, la mort, la religion, l’amour, la famille, sa place dans la société, l’épanouissement dans la procrastination, le gibolin, les Deschiens, la coupe de Deschamps, la découpe de Nabila, la gourmette de mon cousin, bref de petits morceaux de métaphysique, ordinaires et captivants, bref, pendant ce temps, l'Ermite est allé s'étaler pour faire la sieste dans le canapé du salon. Je ne sais pas si c'est la visite de la grotte St Vit qui l'a perturbé, mais, après quelques ronflements sonnants et trébuchants, le bougre est parti dans une transe dansante. L'histoire de ce Saint Guy l'a certainement touché, Vit ou Vitus en Latin, né en Sicile, fils d’un païen sicilien, martyrisé à 12 ans parce qu'il refusait d'adorer les idoles, Maradona et Platini certainement, après avoir été pénétré par la foi, le jeune Guy a suivi des cours de danse contemporaine par correspondance mais il finira par être martyrisé en même temps que ses parents, le bourreau, particulièrement cruel, les obligera à écouter en boucle Eros Ramazzotti jusqu'à ce que mort s'en suive. Cette légende a donc profondément bouleversé le Cénobite de St Jean, au point que nous nous demandions s'il n'était pas atteint par la chorée de Sydenham, une maladie infectieuse du système nerveux central, caractérisée par des mouvements involontaires et contractions surprenantes, en langage courant, elle est appelée la "danse de Saint-Guy". On aurait dit qu'il était comme possédé par des démons voire le fantôme de Rudolf Noureev. Après une demi-heure de chorégraphie, de cavalcades, d'entrechats, d'arabesques et tout ce qui va avec, il s'est recouché, a repris ses ronflements bruyants, pour dormir comme un junkie après son fix, rêvant qu'il était Travolta, en moule burne, dans une boîte de nuit, dansant un slow langoureux avec une secrétaire venue se faire chahuter son samedi soir.

Lire la suite...


Des plans sur la comète qui fouette

dans la catégorie Notre vin quotidien

philae-atterrissage-comete1.jpgÇa sent l'œuf pourri, l'écurie, un peu d'ammoniaque, du méthane, du méthanol, quelques notes de formaldéhyde et d'hydrogène sulfuré, l'arôme d'amande amère du cyanure d'hydrogène et du dioxyde de soufre, bref, elle sent la fin de soirée alcoolisée! Je vous rassure, ce n'est pas un vin ou une amie à moi, c'est une comète au nom imprononçable, Tchourioumov-Guérassimenko, Tchoutchou pour les intimes. Bref, ça fait maintenant une semaine qu'on nous bassine avec un caillou qui pue de la gueule. Il n'en fallait pas plus pour que je plonge sur cette boulle puante comme une buse sur sa proie fétide. 10 ans, 7 milliards de kilomètres, de centaines de millions de dollars pour renifler l'haleine de l'Ermite de St Jean qui pioncerait peinard, plein de pinard, dans une étable après une soirée vin bio et fromage qui pue. Chapeau les artistes, 10 ans d'étude pour en arriver là! Bienvenue 511 millions de kilomètres au-dessus de nos têtes! Grâce à Philae le petit robot renifleur, un petit bijou de technologie, on vient de réaliser une découverte qu’on peut qualifier d’historique. En plus, alors qu’il sirotait tranquillement un Meursault bien frais, Philae s’est donc retrouvé face à une chose qui va certainement bouleverser l’histoire du monde et permettre une avancée fondamentale pour la Soiffardise moderne, oui, Philae a bel et bien retrouvé les papilles de Jeanda, "elles étaient là, quelque part dans le noir, pleurant comme des madeleines…" confie hilare le petit robot dans sa première vidéo, "D’ailleurs, j’en profite pour dire que j’ai également croisé la lucidité de l'Ermite Agé, vous n’êtes pas près de la revoir, pas plus que son dernier Bourgogne". "Les résultats sont extraordinaires", souligne Anne Lise du Rine, la patronne du programme, elle imagine déjà pouvoir transformer le robot en analyseur de grand cru et remporter le championnat du monde de la dégustation. Elle a conclue par un: "C’est un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour les amateurs de vin…". En attendant, j'ai bu quelques flacons qui ne sentaient pas l’œuf pourri...

Lire la suite...


L'heure est Graves à Margaux, mais il est défendu d'en laisser

dans la catégorie La tournée des vignes

bama.jpgDepuis près de vingt ans, le vignoble Bordelais est sous influence américaine. Demain, ce sera les Chinois qui imposeront leur goût. La puissance, la concentration a pris le pas sur la finesse. Pour de vulgaires raisons économiques, pour aguicher une clientèle internationale, presque tous les grands Châteaux se sont ralliés à cette mode de vins excessifs, lourds, confiturés, boisés, maquillés, pendant que d'autres, trop modestes pour rivaliser, produisent des vins chétifs, dilués et sans âmes. Engagés dans une véritable guerre économique, les vignerons bordelais sont en train de perdre, de brader un savoir-faire ancestral. Le vin de terroir, élégant, capable de bien vieillir disparait petit à petit. Mais il y a toujours une exception, un miracle auquel on veut croire, mais un miracle que l’on peut aussi vérifier, verre à la main. Au milieu de ce monde de brutes, de plus en plus uniforme, un petit homme, tel Saint Jean-Baptiste dans le désert, se débat pour défendre la finesse dans les vins de Margaux. Cet homme, c'est Jean-Pierre…

Lire la suite...


Google est mon tsunami

dans la catégorie Rencontres Amicales

Search-History.jpgIl y a des jours où je n'ai pas envie de me casser la cerise sur le gâteau, alors je googelise à mort pour aller plus vite. Google est devenu mon meilleur ami, juste après Ranulphe. "Laisse-moi cherche ça pour toi" qu'il me dit souvent. Google fait tout, les Fettuccine au parmesan, le café, gère mon agenda, ma réputation, mes recherche, mon PageRank, mes stats, mes traductions, mes apps, ma vie privée et ma musique. Hier, en pleine campagne, je m'arrête pour écouter un pinson ou une buse, je sais pas lequel, je ne suis pas trop oiseau, là, mon GoogleMusicStore s’enclenche tout seul, me dit "Hé ducon", oui parfois mon Google est familier, "tu es en train d'écouter Oiseaux trop bizarre Volume 12, les personnes qui ont aimé ça ont aussi aimé Oiseaux trop bizarre Volume 11 et ils ont précommandé Oiseaux trop bizarre Volume 13 , je t'en met une douzaine, il y en a un peu plus, je te les mets quand même, ça me fait plaisir et toi ça ne te coutera que 800.000 GoggleUnités". Le temps que je lui dise de fermer sa gueule, il m’avait déjà téléchargé 4 TeraBytes de cris de bestioles en tous genres. Des belettes argentées et des pinsons volant du Groenland, ça m'a coûté le montant de ma future retraite annuelle, enfin, comme ils veulent la faire passer à 141 ans et 6 mois, je suis tranquille encore un moment. A force de faire du revival, les consommateurs de musique ne savaient plus où donner de l'écouteur. En 90, on a fait du 70, en 2030 du 90 et en 80 du 90, plus personne ne s'en sort en 2020, sauf les Stones qui continuent à sortir leur album annuel pour payer leur retraite. Du coup, maintenant, les producteurs de musique Google se sont dit qu’au lieu de rechercher de nouveaux artistes morts en possession d’un certificat prouvant qu’on était décédés depuis au moins 10 ans, ils allaient faire des disques de cris de bêtes, ce qui ne nous changeait pas vraiment de Lara Fabian, d'Edvard Munch et de tous les chanteurs de métal hurlant. Tout ça pour vous dire que j'ai demandé à Google pourquoi j'écrivais sur ce blog, il m'a répondu : Aucune idée? Mais je te donne des choix multiples. Tout le monde aime les choix multiples. Non? Si…

Lire la suite...


Jean, Jean et Jean Dirler, chez les Dirler c'est une histoire de terroir

dans la catégorie La tournée des vignes

Dirler_verre.jpgC'est avec Jean et Jean que nous allons voir Jean. Je sais, cela fait beaucoup de Jean et de gens dans cette histoire, mais je n'y peux rien, à ses gens, Jean, c'est leur prénom. Ils auraient pu se prénommer Jean-Marc, Jean-Pierre ou Jean-Fulgence, mais non, leur nom, c'est Jean et Jean et même pas Jeanjean pour les intimes. Dans la famille Dirler, les gens et les Jean, on connait, c'est en 1871 que Jean Dirler, ancien instituteur, débutera l'aventure des Vins Dirler en s'installant comme "gourmet" dans le village de Bergholtz. Une aventure qui dure, de génération en génération, Jean, Georges, Georges, Jean-Pierre et aujourd'hui Jean constituent les 5 générations successives de vignerons. En 1998 Jean épouse Ludivine, fille de Léon et Nicole Hell-Cadé vignerons à Guebwiller. A partir du millésime 2000, l'exploitation reprend les parcelles de vignes des parents de Ludivine et le Domaine adopte le nom de Dirler-Cadé. Les Dirler exploitent à présent 18 hectares de vignes, dont 42 % sont classés Grand Cru. A partir de 1998, Jean et Jean-Pierre Dirler ont décidé d'écrire un nouveau chapitre de l'histoire de la maison Dirler en se lançant dans une viticulture biodynamique. Le vignoble s'étend sur quatre grands crus illustres, qui appartenaient jadis à la puissante Abbaye de Murbach : Kitterlé, Saering et Kessler, sur la commune de Guebwiller, et Spiegel, sur Bergholtz. Après les présentations, "bonjours Jean, je vous présente Jean…", on démarre le marathon sur les chapeaux de roue.

Lire la suite...


A la fontaine de Mélanie

dans la catégorie La tournée des vignes

Melanie_Pfister.jpgA l'heure tapante, je suis au cœur du joli village de Dahlenheim, Rage est en retard, normal, 3 heures de cours par semaine, pour un professeur de théologie ninja, ça demande surement un max de préparation. L'accueil est chaleureux et charmant, c'est Mélanie Pfister qui nous reçoit dans un très beau caveau de dégustation installé dans un magnifique corps de ferme. Le domaine Pfister est tenu de père en fils, et même de fille avec Mélanie, depuis maintenant 8 générations. Ici, on est vigneron par nature, le savoir-faire, les secrets mais surtout la passion et les valeurs familiales sont transmis depuis le 18ème siècle. Le Domaine est incontestablement un pionnier et un précurseur, en effet, il a commencé à enherber ses vignes dès la fin des années 70, ils ont également innover en introduisant les cuves thermo-régulées dans le Bas-Rhin et aujourd'hui, ils utilisent des bouchons en verre. Dans les vignes et sur les 10 hectares du domaine, répartis en une quarantaine de parcelles, on utilise des engrais verts, adapté à une viticulture nutriraisonnée, une viticulture durable et raisonnée, en parfaite intelligence avec l’écologie du terroir, on adapte judicieusement porte-greffe et cépage pour obtenir des raisins purs, mais aussi pour respecter l’environnement et la biodiversité. Dans la cave, la vinification se fait de façon très douce. Les interventions sont volontairement mesurées, pour chercher à exprimer, sans l’infléchir, le potentiel qualitatif de la récolte. Chaque parcelle est vinifié séparément, un long processus d’élaboration, une traçabilité qui commence à la vigne et se poursuit en cave, avec pour objectif, la restitution du terroir. La maîtrise de ce long élevage donne des vins élégants, fins, précis, minéraux, équilibrés et complexes. Le parcours de Mélanie Pfister est impressionnant, De Bordeaux (Cheval Blanc) à la Bourgogne (Méo-Camuzet) en passant par la Nouvelle Zélande, elle s'est enrichie de nouveaux savoir-faire et de nombreuses techniques, de ses expériences passées est née son élégante Cuvée 8, assemblage des 4 cépages: le Riesling, le Gewurtz, le Pinot Gris et le Muscat.
DomPfister_bandeau.jpg

Lire la suite...


C'est mon dernier mot et il est bleu

dans la catégorie Notre vin quotidien

Machine-a-ecrire.jpgAujourd'hui, je réponds à une question posée par le petit Jean-Luc de St Jean, qui me demande: "Mézigue, j’vous l’dis comme j’vous le cause, j'en ai marre de me faire ensabler la raie dans ton votre blogounet qui racontent que des conneries de veau. Comment on devient écrivain pour que je puiste vanner la couenne…" Mon petit Jean-Luc, écrivain, c'est pas comme un métier où c'est pas dur, prof par exemple, c'est plus compliqué que ça, une machine à écrire ne suffit pas. En premier lieu, pour écrire, il faut savoir lire… Je ne voudrais pas me vanter, mais si tu mets le nez dans mes annales, tu vas te décalaminer les trappes à arômes et comprendre deux ou trois trucs importants. En mon âme et conscience, après avoir pesé le pour et le contre, disséqué le ying et le yang, séparé le blanc du jaune, analysé la thèse, la synthèse, l’antithèse, la foutaise et la bolognaise, n'en déplaise aux française, j'ai l'intime conviction que, dans le pays de Voltaire et des doigts de l’homme, toute vérité est Bonaldi, c’est donc sans cul férir, que je me pose en experts de ce sujets que je ne maîtrise pas, et c’est fort de cette force que je m’en vais t'expliquer comment devenir un écrivain maudit.

Lire la suite...


Troll de drame dans la forêt de l'Ermite

dans la catégorie Rencontres Officielles

carte_titre.jpgSi tu me lis régulièrement, même sous la contrainte, tu auras peut-être noté mon intérêt grandissant pour l'Héroïc fantasy et ma complicated relationship avec la randonnée pédestre, surtout quand l'Ermite âge, même si ce n'est pas ma compagne, m'accompagne. Le truc bien avec la fantasy c’est que, très souvent, c'est à peu près la même chose, donc facile à dupliquer. C'est un groupe de mecs, souvent potes, du genre aventuriers, même parfois buveurs de Bordeaux, quelques guerriers qui doivent buter des méchants, aidés par un mage et quelques artefacts. Il y a aussi un nain pour l’élément comique, un elfe pour l'élément féérique et une princesse pour l’élément romantique. Tu leur colles une quête entre les pattes et tu les envoies la résoudre à l’autre bout de la terre du milieu, dont tu as pris soin de mettre une carte en page 7. En général, ils y vont à pied, pour faire les 812 pages requises par la guilde des auteurs de Fantasy. Après, tu racontes, avec moultes détails, comment ils échappent aux méchants gobelins, trolls et autres trucs chelou au service des forces du Mal qui n'a qu'un œil, mais très moche, comme le père de la marine nationale. Jamais ils ne se trompent de chemin puisque les clubs vosgiens du coin sont sacrément plus efficaces que la carte de la page 7. Bienvenu dans le pays de Khandi.

Lire la suite...


Les petits ballons du grand ballon

dans la catégorie Inclassables mais classés

vosges_001.JPGQuand le Gégé et le Cénobite de St Jean t'emmène deux jours pour écrêter les crêtes Vosgiennes, ça rigole pas… Aux aurores, le vieil Ermite fait la revue des paquetages. "Tu vois ma couille, la randonnée, ça s’improvise pas, partir au gré des chemins de montagne nécessite un minimum d’équipement et de préparation... C'est sûr qu'il est prêt, l'aigle du grand ballon, il a affuté ses Lafuma "aigle du Ténéré" comme ses charentaises, elles ont au moins 12.000 heures de trail au compteur, il a repassé et amidonné ses string hier soir, il a prévu ses bâtons "Trail Black Diamond", des tiges capables de tuer un grizzli en plein vol, il a également un sac à dos "Operator Ripstop® 35 litres, tissus camouflage, pour éviter la piqure de marmottes cendrées, un sac avec auto-agrippant pour bande patronymique et fenêtre de repérage de nuit rétro réfléchissante amovible. Je ne te parle même pas de sa tente Falcon "Kite-Tek" 8 pers, de sa Boussole Suunto SK7 Posterior, de son sac de couchage Denter Exosphère, de ses capotes Durex extra-small à la fraise des bois, de sa chaise pliante, de son réchaud à gaz, de sa batterie de casserole qui ferait pâlir un ministre sarkosiste, 2 caisses de Redbull, son opinel, son orgue Hammond et quelques autres trucs dont je n'ai pas bien compris l'utilité. Il a terminé son inspection par un énigmatique: "En randonné, l'’important, c’est la rose et voyager léger…"

Lire la suite...


- page 1 de 87