Leverasoif.com

Si tu ne m'as pas cru, tartare gueule à la rentrée et je me farcis les petits

dans la catégorie Rencontres Officielles

Petits_farcis.jpgJ'adore les petits, surtout avec du ketchup! Ne vous m'éprenez pas, il ne s'agit pas de votre progéniture mais de petits farcis Niçois et de tartare haché façon hachoir. L'origine du tartare est assez connue, elle est de genèse mythologienne puisque le Tartare est un lieu des Enfers, la prison des Titans, envoyés se hacher le tartare pour abus de pouvoir surnaturel, meurtre de panda roux ou abus de "subprime" pourris. Les Danaïdes, les cinquante filles du roi Danaos, un sacré chaud lapin celui-là, ont également été condamnées, aux affres du Tartare, et à remplir sans fin un tonneau sans fond. Le fameux tonneau des Danaïdes, qui désigne une tâche absurde, comme celle de convaincre l'Ermite que La Tâche ne tâche pas. Parfois, la vie est une dure lutte contre les préjugés, les Ermites et les Béotien Bordelais. Tous cela pour vous dire que vendredi, c'était tartare et petits farcis chez Didier.

Lire la suite...


Ail, ouille, c'est la fête à la grenouille

dans la catégorie Notre vin quotidien

wine-froggie1.pngElles se mangent à la Barbare, avec les doigts…Avec un rince-doigt pour les plus mondains, avec beaucoup de bruit pour les plus rustiques, dont je fais partie. A l'image du haggis Ecossais, du gigot à la menthe, des sauterelles grillées, de la soupe de chien, de la soupe au jus de serpent, de la cervelle d’écureuil ou de l'œuf de cent ans en Chine, les peuples ont tous leurs spécificités séculaires. Les sociologues ont écrit et continueront d'écrire sur la nourriture et sa diversité. En France, la grenouille est un symbole culinaire, au même titre que le cheval, le lapin, l'huitre et l'escargot. Ce qui nous vaut quelques moqueries de la part de nos meilleurs ennemis britanniques. La cuisse de grenouille ne provoque aucune extase gustative, sa chair est fade, mais la grenouille fait partie des classiques de notre patrimoine familial, en tous cas le mien... Pour les relever, je les cuisine avec beaucoup d'ail et de persil, le choix du vin n'en est que plus difficile. Pour faire face à ces épices, il faut du caractère, éviter le petit bourgogne et le formatage des goûts, choisir un funambule qui prend des risques.

Lire la suite...


Je ne dis pas que c'est vrai, je dis que je m'en souviens

dans la catégorie Notre vin quotidien

actu_3391_image.jpgDans l'étude de la psychologie cognitive de la mémoire humaine, il est indubitablement prouvé que la mémoire est meilleure avec un matériel humoristique. Par exemple, si un sujet étudie une liste constituée à la fois d'items humoristiques et d'items non humoristiques, la mémoire sera meilleure pour les premiers. C'est ce qu'a compris les fils de pub qui inonde nos avant grand-messe cathodique de pub rigolote. La publicité est un art, l’art de convaincre le consommateur, celui de l’amener inconsciemment vers un produit. Le biais, l'humour, un outil de communication très sollicité, parfois provocant, absurde voire sexuel. Vous me connaissez, je suis prompt à saisir les balles au bond quand je mange peinard ma petite purée devant ma téloche, comme unique compagne, comme unique raison, et unique secours… Merci Jacques, Brel pas Chirac qui lui, n'a plus de mémoire.

Lire la suite...


Bonneau, c'est Crau bon

dans la catégorie Notre vin quotidien

Chatauneuf-du-Pape_Cep_et_galets_roules.jpgAu loin, les collines rebondissent avec, au long des crêtes, les pointes aiguës des cyprès qui donnent aux paysages des allures de campagne toscane. Le mistral souffle sur le plateau. Un vent qui ébouriffe les grenaches centenaires dont les pieds noueux émergent d’une mer de galets aux reflets fauves. Les Papes, pas tous Clément, encore moins Innocent, ont écrit l’épopée papale en Avignon. Des Papes qui boudaient le vin de Châteauneuf, lui préférant les rouges bourguignons et les vins venus d’Italie qui leur rappelaient Rome et le Vatican. En 1866, malgré l’onction pontificale, le phylloxéra a ravagé les vignes, mais Châteauneuf-du-Pape a survécu. Pour autant, comme beaucoup de vin du Vaucluse, Châteauneuf était boudé par les consommateurs. Longtemps, cela a été des vins de négoce, chauds, brûlants, fatigants, sans finesse ni expression de terroir. Le salut est venu d'outre Atlantique, de Bob l'éponge, le thuriféraire Robert Parker les a porté au pinacle en distribuant des 20/20 comme d'autre distribuent les légions d'honneurs aux m'as-tu-vu du chaud beez.

Lire la suite...


C'est le footoir, va t'échauffer

dans la catégorie Rencontres Amicales

Football_RFA.jpgLes plus connectés d'entre vous le savent déjà, la coupe du monde des coiffeurs Brésiliens est terminée, et à la fin, c'est toujours les boulons qui gagnent. J'avoue sans jambages, le football est un sport que j’apprécie, pas plus que le Curling acrobatique, mais autant que le Triskaïdékathlon (treize épreuves dont slalom géant vert, lancer de fer à cheval, saut ASCII, combiné merdique…). Mais, parfois, alors que Benzema vient de rater sa 41e passe consécutive, je me prends à la lascivité et à la jubilation devant ce spectacle pour le moins affligeant. Devant un bon de verre de Riesling Mosellan, pendant que nos coqs de basse-cour tentent vainement de faire peur à l'aigle teutonique ta mère (je sais j'ai un peu de retard, mais c'est les vacances, soyez indulgents), j'image… Il a attendu des mois cet instant, il veut faire une entrée fracassante, marquer le but décisif, devenir le héros, le demi-dieu, le Messi de son pays, celui dont les gamins rêvent d’imiter la coiffure et, surtout. Il en a usé des shorts sur ce banc, il a longtemps gambergé. Bien sûr, il a été grassement payé, pour quelques minutes de jeu, de-ci, de-là, cahin-caha, va chemine, va trottine, va petit âne…A son sujet, à 17 ans, on parlait de petit prodige, un phénomène, un grand espoir, le nouveau machin Messi. Il rêvait de cocaïne, de Lolo, de Ferrari, de bombasse et de coiffeur particulier. Et puis, la catastrophe, la blessure bête, une calvitie précoce, la chute. D’hôpitaux en implant capillaire, il a envisagé la greffe mais il a écarté cette éventualité, trop cher, les coiffeurs sont tous déjà milliardaires, ou en dépression nerveuse. Et il a repris sa place sur le banc, à 42 ans, il attend toujours sa chance.

Lire la suite...


Mauvais goût ou mauvais coucheur?

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

la_vie_est_trop_courte.JPGVous me connaissez, je ne suis pas seulement méchant, cruel, abrutis, abscond et insensible, je suis aussi malintentionné et désobligeant, par principe, et aussi parce que ça me fait plaisir. J'aime, quand j'arrive chez moi, m'enfiler 2 litres de mauvais Bordeaux avec un paquet de chips, pendant que j'essaie de raccourcir les dents de devant de mon boxer nain avec mes chaussures Stefano Bemer en Crapaud et Dromadaire à 2000 Dollars en solde, j'aime mater PPDA marionnettisé, le cul posé dans un canapé pas confortable et conçu par une saloperie de styliste suédois, tout en crachant des chips sur ma télé et en demandant à ma femme: "dis-donc, on bouffe à quelle heure dans cette taule?". Alors, quand je peux être venimeux avec l'Ermite, je n'hésite pas une seconde. Nonobstant le fait qu'il nous avait servi une flopée de belles bouteilles, dont deux Bordeaux, c'est dire si j'étais de bon poil, voilà ti pas qu'il nous refait le coup de la Muntada 2002. La Grande cuvée de Gérard Gauby, un assemblage de Grenache, de vieilles vignes de Carignan, de Mourvèdre et de Syrah. Sur un site de méchant marchand, on vous le vent comme ayant : "de beaux arômes fruités d'une grande générosité, en pleine maturité dont la bouche est particulièrement concentrée et d'une belle puissance avec des tanins enrobés. Persistance remarquable de la finale."

Lire la suite...


Rafale de saucisson épinard

dans la catégorie Rencontres Amicales

saucisson.jpgCe matin, j'ai un coup de soleil un coup d'amour un coup de je t'aime, un coup de blues, un coup de calcaire. "La mélancolie, c'est le bonheur d'être triste", disait Victor Hugo. Mouais. La formule est sympa, mais moi, c'est plus un trop plein que de la mélancolie, c'est même un trop plein de pinard. Dans mon quartier, un apéro saucisson qui dégénère, c'est aussi courant qu'une rafale de but dans les cages Brésiliennes, moins facile à vendre qu'un rafale, mais aussi courant qu'une rafale d'automatique dans un favela de Rio. On n'a pas commencé par des avions de chasse, juste un petit crémant de Rieffel, l'Ermite était là, of course, on l'a joué courtois, propre sans fioriture, pas de critique virulente, Mochel en double, la Lune d'Angeli, pas Eve, l'autre, un quintaine pour faire bonne mesure, un Savigny les Beaune blanc, un je ne sais quoi bouchonné et une chtite Roussanne de Beaucastel...

Lire la suite...


En congé de déformation professionnelle

dans la catégorie Inclassables mais classés

dexter.jpgIl existe des métiers à contre-courant qui en période de crise fleurissent comme les bourgeons au printemps ou les pustules sur la tronche des jeunes boutonneux en fleurs. C'est le cas du chatoyant métier de nettoyeur d’entreprise ou le "Léon de la Firme". Attention, il ne s'agit pas d’emmancher du balai ou de l’aspirateur, fussent-il portugais, mais plutôt d’encadrer le salarié, de le harceler afin de le pousser à la démission, à la capitulation, à la défenestration, voire à la décapitation, pour la plus grande joie du saigneur, seigneur et patron. Cette pratique n'ayant pour objectif que d’assurer au dit BHB (Big Hugo Boss), une rente encore plus confortable, indispensable quand on a le projet de faire refaire les seins de sa maitresse, certes, déjà regonflés six mois auparavant, mais nul n'est parfait, comme le disait si bien Russ Meyer, au sein des saints, on aime les poires ou les pomme, mais revenons à nos pangolins.

Lire la suite...


Une chimiste qui mérite la bandaison

dans la catégorie Notre vin quotidien

on-off.jpgEn ce moment, je suis entouré de chimiste, pas de panique, je ne suis pas en Champagne ou dans le Bordelais, je me forme à la formation de formateur avec des chimistes. D'ailleurs, je sais, de source sûre, que les chimistes sont nombreux à lire ce blog pour savoir s'il est possible de faire pouêt-pouêt quand on clique sur certains liens. Comme ce n'est pas encore le cas, ils y voient une forme de censure impensable dans un pays civilisé. Les chimistes sont pourtant indispensables à notre bien-être, grâce à eux, nous vivons une époque formidable. Plus rien n'est impossible. Par exemple, une société américaine annonce une innovation innovante qui va intéresser un max de gens, surtout les mous du scoubidou qui ne pense plus à Fernande. Avant, il leur fallait avaler un petit cacheton bleue pour dresser le chapiteau ou avoir le flageolet à la portière, mais avec quelques contre-indications médicales. Heureusement, nos chimistes ricains annoncent la sortie d'une crème érectile. Un peu de crème sur la flûte de pan-pan, on évite le passage de la molécule dans le sang, et on retrouve le bonheur dans le Sloggi, plus de maux de tête voire de nausées pour monsieur, mais pas forcément chez madame, la chimie ne peut pas tout. Merci qui? Merci les chimistes. Le chimiste dit souvent: "Je l’avais bien dit que c'était possible", en effet, l’important, dans la vie, n’est pas d’avoir raison, mais d’avoir raison au bon moment, comme me le rappelle souvent Avicenne en repensant à Urugrh, le tristement méconnu inventeur du feu et de l’immolation accidentelle. Pour fêter ça, un Soula Catalan pour me mettre en joie.

VDP des Côtes Catalanes Le Soula Blanc 2008le_Soula.jpg

Assemblage de sauvignon Blanc (38%), Macabeu (35%), Vermentinon (19%), Grenache blanc et gris (6%), Marsanne – Roussanne, Malvoisie du Roussillon, Chardonnay (2%). Agriculture biologique (dons pas de petit chimiste). Un nez puissant, très aromatique, sur des notes de fruits jaunes, de fleurs blanches, de miel, de fruits secs et des notes racinaires. De la vivacité en attaque, une belle ligne acide accompagne la belle matière, de la rondeur, pas de lourdeur, un équilibre cohérent, une petite touche minérale et quelques amers sur la finale. Bien+




Spam ma faute

dans la catégorie Notre vin quotidien

N'importe quel accro du taf le sait, surtout celui qui me lit au boulot, en loucédé, dans les chiottes, le mail c'est une perte de temps, mais c'est aussi une manière de te situer hiérarchiquement dans l'entreprise, voire dans la société. Depuis que cette invention du diable a été engendrée, telle la bête de Gévaudan, tu te farcis entre 50 et 250 mails par jour. En dessous de 50, soit t'es une buse, soit t'es stagiaire, soit t'es cost-killer ou huissier et t'as pas d'amis. Au-dessus de 250, faut te rendre à l'évidence ou à la police, t'es spammé à mort, t'es un gros mito ou un psychopathe et il y a une bande de gonze en blouse blanche qui te mate derrière la vitre sans tain. Perso, j'ai développé une méthode imparable qui me permet de gérer tout ça comme un putain de wouiner. Il y a juste 5 règles de base à connaître et à appliquer, il ne s'agit pas que de connaitre la théorie, je ne suis pas ici pour être ailleurs, faut se sortit les doigts, surtout les mickeys qui intellectualisent et compulsent des théories et qui oublient de les appliquer.

Lire la suite...


- page 1 de 82